Définition de l’impériosité urinaire chez la femme

L’impériosité urinaire se définit comme l’envie soudaine et irrépréhensible d’uriner, en raison de contractions involontaires du muscle de la vessie. Elle est l’un des symptômes caractéristiques de l’infection des voies urinaires, mais peut également être liée à d’autres conditions. Certains médicaments, comme les diurétiques, peuvent également provoquer une urgence urinaire. Des dommages aux nerfs qui contrôlent la vessie ou des affections comme l’hyperactivité de la vessie peuvent se traduire par une urgence urinaire. L’urgence urinaire se caractérise également par la nécessité d’uriner fréquemment.

Symptômes d’une impériosité

Le principal symptôme de l’impériosité urinaire est une envie pressante d’uriner et la perte involontaire d’urine à des moments inappropriés. Par exemple, vous risquez des fuites urinaires en public ou pendant votre sommeil. D’autres symptômes incluent le fait de ne pas pouvoir contrôler le moment où vous devez uriner, ainsi que des mictions fréquentes aussi bien pendant la journée que la nuit.

Fonctionnement du système urinaire

Pancarte pour toilette femmeUne bonne compréhension du fonctionnement système urinaire est essentiel pour comprendre les mécanismes à l’origine de l’impériosité urinaire. Le tractus urinaire est le système d’élimination de l’urine, qui est composée de déchets et de liquides. Pour uriner normalement, toutes les parties du système urinaires doivent travailler ensemble dans le bon ordre.

Les reins sont deux organes en forme de haricots, dont chacun a la taille d’un poing. Ils sont situés juste en dessous de la cage thoracique, une de chaque côté de la colonne vertébrale. Chaque jour, les reins filtrent environ 115 à 140 litres de sang pour produire environ 1 à 2 litres d’urine. Les reins travaillent 24 heures sur 24 et personne ne contrôle leur fonctionnement.

Les uretères sont des tubes minces qui acheminent l’urine des reins à la vessie. La vessie, située dans le bassin entre les os pelviens, est un organe musculaire creux, qui se dilate alors qu’il se remplit d’urine. Le vidage de la vessie est appelée urination. La vessie stocke l’urine jusqu’à ce que la personne trouve un moment et un lieu appropriés pour uriner. Une vessie normale agit comme un réservoir et peut contenir 1,5 à 2 litres d’urine. À quelle fréquence une personne doit-elle uriner dépend de la rapidité avec laquelle les reins produisent l’urine qui remplit la vessie.

Causes

Forme particulière de l’incontinence urinaire, l’impériosité urinaire chez la femme se produit lorsque le cerveau ne contrôle pas correctement la vessie ou que les sphincters ne sont pas étanches. Le muscle de la vessie peut contracter trop ou pas assez en raison d’un problème avec le muscle lui-même ou avec les nerfs qui contrôlent le muscle de la vessie.

L’impériosité urinaire peut être également causée par un problème avec les muscles détrusors. Ces muscles se relaxent pour permettre à la vessie de se remplir d’urine, puis se contractent lorsque vous vous rendez aux toilettes pour laisser sortir les urines. Parfois, les muscles détrusors se contractent trop souvent, ce qui crée un besoin urgent d’aller aux toilettes. C’est ce qu’on appelle l’impériosité urinaire.

La raison pour laquelle les muscles détrusors se contractent trop souvent n’est pas clairement définie, mais les causes possibles incluent le fait de boire trop d’alcool ou de café, une surconsommation de liquide et la constipation. On a également les affections affectant les voies urinaires inférieures (urètre et vessie) telles que les infections urinaires ou les tumeurs de la vessie. D’autres causent comprennent des maladies neurologiques et certains médicaments.

Facteurs de risque

Impériosité urinaire chez la femmeUne femme peut naître avec des facteurs qui augmentent ses chances de développer une impériosité urinaire. Parmi ceux-ci, on compte les déformations congénitales des voies urinaires ou la génétique. En effet, une femme est plus susceptible d’avoir cette pathologie, si d’autres femmes de sa famille l’ont. De même, les femmes race-caucasienne sont plus susceptibles d’être touchées que les femmes hispaniques, latinos, afro-américaines ou les asiatiques.

L’impériosité urinaire n’est cependant pas une maladie. Elle peut être le symptôme de certaines affections ou le résultat de certains événements dans la vie d’une femme. Les conditions ou les événements qui peuvent augmenter les chances de développer ce trouble comprennent l’accouchement la toux chronique, la ménopause, des problèmes neurologiques et l’inactivité physique. On a également l’obésité, le grand âge et le prolapsus de l’organe pelvien.

Épidémiologie

La recherche montre que 25% à 45% des femmes souffre d’une impériosité urinaire. Chez les femmes âgées de 20 à 39 ans, ce taux est de 7 à 37%. Neuf à 39 pour cent des femmes de plus de 60 ans déclarent avoir en souffrir au quotidien. Les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes par cette pathologie. La grossesse, l’accouchement, la ménopause et la structure des voies urinaires féminines sont à la base de cette différence.

Traitement

Les femmes qui ont une impériosité urinaire peuvent utiliser diverses techniques comme l’entrainement de la vessie, les exercices du plancher pelvien, ainsi que les changements de comportement et de style de vie. Elles peuvent également recourir à des médicaments, des injections de Botox et une stimulation nerveuse électrique si nécessaire.

En utilisant certaines techniques, une femme peut supprimer l’envie forte d’uriner. La suppression de l’urgence urinaire est un moyen de former la vessie pour maintenir le contrôle, de sorte que la patiente n’ait pas à paniquer lorsqu’elle ressent le besoin d’uriner. Certaines femmes se servent de distractions, tandis que d’autres effectuent des exercices de plancher pelvien.

Les professionnels de la santé peuvent prescrire des médicaments qui détendent la vessie ou diminuent les spasmes de la vessie. Les antimuscariniques comme l’oxybutynine, la toltérodine et le trospium peuvent aider à détendre les muscles de la vessie et prévenir les spasmes de la vessie. Les antidépresseurs tricycliques tels que l’imipramine (Tofranil) peuvent calmer les signaux nerveux et diminuer les spasmes de la vessie.

Un médecin peut utiliser la toxine botulique de type A, pour traiter le mal chez les femmes, y compris celles ayant des troubles neurologiques tels que la lésion de la moelle épinière ou la sclérose en plaques. L’injection de Botox dans la vessie détend celle-ci et augmente sa capacité de stockage.

Si les changements comportementaux et de style de vie, ainsi que les médicaments n’améliorent pas les symptômes, le professionnel de la santé peut suggérer une stimulation nerveuse électrique comme option pour prévenir l’impériosité urinaire.

Reply