Klebsiella Pneumoniae : son rôle dans certaines infections urinaires

Klebsiella pneumoniae est une bactérie gram négatif, non mobile et encapsulée. On doit sa première description au microbiologiste allemand Carl Friedländer en 1883. Cette anaérobie facultative est un élément normal de la flore microbienne de la bouche, du tube digestif et de la peau des humains. Cependant, dans certaines conditions, elle peut muer en un dangereux pathogène et entraîner diverses infections, comme celles des voies urinaires. Nous allons, dans les lignes qui suivent, nous intéresser de près aux infections urinaires causées par ce pathogène, de même qu’à leur prise en charge.

Facteurs de risque

Klebsiella PneumoniaeEn règle générale, les infections urinaires à Klebsiella se manifestent surtout chez les personnes ayant un système immunitaire affaibli. Le plus souvent, la maladie touche les hommes d’âge moyen et les personnes âgées souffrant de maladies débilitantes, y compris les personnes atteintes de diabète, d’alcoolisme, de cancers et de maladie du foie. Celles souffrant de maladies pulmonaires obstructives chroniques et d’insuffisance rénale y sont également très susceptibles.

La plupart des cas d’infections urinaires causées par Klebsiella pneumoniae sont des infections nosocomiales (pathologies acquises en milieu hospitalier). Les excréments constituent la source la plus importante d’infection, suivis par le contact avec des instruments contaminés. Une mauvaise hygiène des mains du personnel médical peut être une cause sérieuse de propagation de cette maladie.

Les appareils de garde néonatale, les équipements de soutien respiratoire et les cathéters urinaires accroissent le risque. En outre, l’utilisation déraisonnée d’antibiotiques peut être un facteur qui augmente le risque d’infection nosocomiale. La septicémie et le choc septique peuvent suivre l’entrée de la bactérie dans le sang. Klebsiella occupe le deuxième rang après E. coli pour les infections des voies urinaires chez les personnes âgées.

Symptômes

Les symptômes des infections urinaires causées par Klebsiella pneumoniae sont semblables aux autres, avec des manifestations comme le besoin urgent et fréquent d’uriner et des douleurs ainsi que des brûlures lors des mictions. Les urines peuvent être troubles, colorées de sang ou avoir une très mauvaise odeur. Certains patients peuvent être sujets à de la nausée et à des vomissements, tandis que d’autres peuvent expérimenter des douleurs musculaires et abdominales.

Résistance de Klebsiella Pneumoniae aux antibiotiques

Klebsiella pneumoniae est résistant à de multiples antibiotiques. Les espèces de Klebsiella ayant la capacité de produire des bêta-lactamases à spectre étendu sont résistantes à pratiquement tous les antibiotiques bêta-lactames, à l’exception des carbapénèmes. D’autres cibles de résistance fréquentes comprennent les aminoglycosides, les fluoroquinolones, les tétracyclines et le chloramphenicol.

Au cours des 10 dernières années, on a assisté à une augmentation progressive des cas d’infections résistantes aux carbapénèmes. Ces souches sont résistantes à presque tous les agents antimicrobiens disponibles et ce type d’infection urinaire a causé des taux élevés de morbidité et de mortalité, en particulier chez les personnes ayant une hospitalisation prolongée et celles qui sont gravement malades. La situation est d’autant plus préoccupante que les carbapénèmes sont parfois utilisés en dernier recours lors de la lutte contre les souches bactériennes résistantes.

Prévention

Bactérie Klebsiella PneumoniaeLa mesure la plus importante pour empêcher l’acquisition et la propagation d’infections urinaires causées par Klebsiella pneumoniae est de maintenir un degré élevé de discipline d’hygiène des mains chez tous les groupes de personnel de santé.

Pour prévenir la propagation des infections, le personnel de santé doit suivre des précautions spécifiques. Ceci peut inclure le port de blouses et de gants lors des soins aux patients souffrant d’une infection à Klebsiella. Les installations sanitaires doivent également suivre des procédures de nettoyage strictes pour limiter la propagation du pathogène.

Pour prévenir la propagation des infections, les patients devraient également se nettoyer très souvent, y compris avant de préparer ou de manger de la nourriture. Ils devront le faire également avant de se toucher les yeux, le nez ou la bouche. Les mains devraient être désinfectées après avoir touché des telles que les rails de lit, les tables de chevet, les poignées de porte, les télécommandes ou le téléphone

Traitement

Une caractéristique importante des bactéries de l’espèce Klebsiella est leur capacité à résister à une large gamme d’antibiotiques. Toutes les espèces de Klebsiella sont résistantes à l’amoxicilline. Lors du traitement des infections urinaires causées par Klebsiella pneumoniae, il est important de déterminer la sensibilité de la souche à différents antibiotiques.

Le choix d’un ou plusieurs agents antimicrobiens spécifiques dépendra des modèles de susceptibilité locaux. Pour les patients atteints d’infections sévères, une approche prudente est l’utilisation d’un traitement combiné de courte durée (48-72 h), suivi du passage à une monothérapie spécifique une fois que le profil de sensibilité est connu.

Si la souche spécifique du patient ne présente pas de résistance aux antibiotiques, on pourra recourir à des combinaisons du type ampicilline/sulbactam, pipéracilline/tazobactam ou ticarcilline/clavulanate. On peut aussi recourir à des molécules comme le ceftazidime, le céfepime, la levofloxacine, la norfloxacine, la gatifloxacine, la moxifloxacine, le meropenem, l’ertapenème et la ciprofloxacine.

La combinaison pipéracilline/tazobactam (Zosyn) est un inhibiteur de la bêta-lactamase. Cela signifie que le produit a été renforcé par un médicament spécial qui inhibe la libération de beta-lactamase par les bactéries. Cette enzyme, lorsqu’elle est libérée, rend les antibiotiques appartenant au groupe des pénicillines inefficaces contre elle. Zosyn doit être administré par voie intraveineuse et est réservé aux patients présentant des infections rénales plus compliquées. Ce médicament peut causer des nausées et des vomissements et d’autres troubles gastro-intestinaux chez certains patients, mais il est généralement bien toléré.

Reply