Traitement minute contre les infections urinaires, mythe ou réalité

Une infection urinaire est une pathologie qui affecte une partie des voies urinaires. Lorsqu’elle affecte le tractus urinaire inférieur, on l’appelle cystite (infection de la vessie). Lorsqu’il s’agit des voies urinaires supérieures, on parle de pyélonéphrite (infection rénale). Les symptômes d’une infection des voies urinaires inférieures comprennent la douleur lors de l’urination, des mictions fréquentes et le besoin d’uriner même si la vessie est vide. Les symptômes d’une infection du rein comprennent la fièvre et des douleurs au flanc. Rarement, l’urine peut être teintée de sang.

La cause la plus fréquente d’une infection urinaire est Escherichia coli, bien que d’autres bactéries ou des champignons puissent être parfois impliqués. Les facteurs de risque comprennent l’anatomie féminine, les rapports sexuels, le diabète, l’obésité et les antécédents familiaux. Bien que les rapports sexuels constituent un facteur de risque, les infections urinaires ne sont pas classées parmi les infections sexuellement transmissibles (IST).

Dans les cas non compliqués, les infections urinaires sont traitées avec une antibiothérapie de courte durée qui implique des produits tels que la nitrofurantoïne ou la combinaison triméthoprime/sulfaméthoxazole. On rencontre sur internet de plus en plus de publicités qui vantent les mérites du traitement minute contre les infections urinaires. Ces remèdes sont censés guérir l’infection en un temps record. Qu’en est-il exactement ? Ces traitements sont-ils aussi efficaces qu’on le prétend ?

Symptômes d’une infection urinaire

Douleurs fémininesL’infection urinaire ne provoque pas toujours de signes et de symptômes. Lorsqu’elle le fait, ils peuvent inclure un besoin fort et persistant d’uriner, une sensation de brûlure lors de l’urination et le passage fréquent de petites quantités d’urine. L’urine peut être trouble ou arborer une teinte rouge, rose vif ou couleur cola. L’urine peut aussi avoir une forte d’odeur. On peut avoir des douleurs pelviennes chez les femmes, en particulier dans le centre du bassin et autour de la zone de l’os pubien. Une infection urinaire peut être négligée ou confondue avec d’autres conditions chez les personnes âgées.

Chaque type d’UTI peut entraîner des signes et des symptômes plus spécifiques, en fonction de la partie touchée. La pyélonéphrite aiguë se traduit par une douleur au dos, une forte fièvre, l’agitation et des frissons, la nausée, ainsi que des vomissements. La cystite se traduit par une pression pelvienne, des douleurs au bas ventre, des mictions fréquentes et douloureuses, ainsi que du sang dans l’urine. L’urétrite se manifeste par des brûlures au moment d’uriner et un écoulement purulent.

Causes d’une infection urinaire

Les infections des voies urinaires se produisent généralement lorsque des bactéries pénètrent dans les voies urinaires par l’urètre et commencent à se multiplier dans la vessie. Bien que le système urinaire soit conçu pour repousser ces envahisseurs microscopiques, ces défenses échouent parfois. Lorsque cela se produit, les bactéries peuvent prendre le dessus. Les infections urinaires les plus courantes se produisent principalement chez les femmes et affectent la vessie et l’urètre.

La cystite est habituellement causée par Escherichia coli (E. coli), un type de bactéries fréquemment rencontré dans le tractus gastro-intestinal. Rarement d’autres bactéries peuvent induire cette maladie. Toutes les femmes courent un risque de cystite en raison de leur anatomie, en particulier, la courte distance de l’urètre à l’anus et de l’ouverture de l’urètre à la vessie. L’urétrite peut se produire lorsque les bactéries du tube digestif se propagent de l’anus à l’urètre. En outre, parce que l’urètre féminin est proche du vagin, les infections sexuellement transmissibles, comme l’herpès, la gonorrhée, la chlamydia et le mycoplasme, peuvent provoquer une urétrite.

Facteurs de risque

Les infections des voies urinaires sont fréquentes chez les femmes et de nombreuses femmes connaissent plus d’une infection au cours de leur vie. Les facteurs de risque spécifiques aux femmes sont l’anatomie féminine, l’activité sexuelle, certaines méthodes de contrôle des naissances et la ménopause. Une femme a un urètre plus court que celui de l’homme, ce qui raccourcit la distance que les bactéries doivent parcourir pour atteindre la vessie. Les femmes sexuellement actives ont plus de risque que les femmes qui ne sont pas sexuellement actives. Avoir un nouveau partenaire sexuel augmente également votre risque.

Les femmes qui utilisent des diaphragmes pour le contrôle des naissances peuvent avoir un risque plus élevé, ainsi que celles qui utilisent des agents spermicides. Après la ménopause, un déclin des niveaux d’œstrogènes provoque des changements dans les voies urinaires qui vous rendent plus vulnérables aux infections. D’autres facteurs de risque comprennent les anomalies des voies urinaires, le blocage des voies urinaires, une défaillance du système immunitaire et l’utilisation d’un cathéter.

Traitements

De nombreux traitements sont disponibles pour l’infection urinaire. Au nombre des plus communs, on distingue les antibiotiques et les traitements minute.

Antibiotiques

Femme prenant ses antibiotiquesLes médicaments habituellement recommandés pour les cas simples incluent la combinaison triméthoprime/sulfaméthoxazole (Bactrim, Septra, autres) et la fosfomycine (Monurol). On a aussi la nitrofurantoïne (Macrodantin, Macrobid), la ciprofloxacine (Cipro) et la lévofloxacine (Levaquin). D’autre recours comprennent la cephalexine (Keflex), la céftriaxone (Rocephin), l’azithromycine (Zithromax, Zmax) et doxycycline (Monodox, Vibramycin). La plupart du temps, les symptômes se résorbent au bout de quelques jours de traitement, mais vous devrez continuer à prendre les antibiotiques pendant une semaine ou plus. Pour une infection urinaire non compliquée, votre médecin peut recommander un traitement plus court, comme la prise d’un antibiotique pendant un à trois jours.

Traitements minute contre une infection urinaire

Un traitement minute est supposé être une alternative à la prise d’antibiotiques. De l’avis de ceux qui les commercialisent, un traitement minute est formulé à partir d’ingrédients 100% naturels. Ce type de remède est capable, selon ses concepteurs, de résorber l’infection quelques minutes après sa prise. A tort ou à raison, ces remèdes sont devenus très populaires ces dernières années.

La popularité du traitement minute pour venir à bout d’une infection urinaire a attiré l’attention des chercheurs qui se sont penchés sur la question. Selon les premiers résultats, ils tiennent plus du mythe que de la réalité. Des antibiotiques sont nécessaires pour traiter efficacement toute infection. La publicité autour du traitement minute est mensongère, car les analyses chimiques et les tests en laboratoire n’y ont décelé aucun élément susceptible d’éliminer les pathogènes à l’origine de l’infection urinaire. Conclusion : nous sommes en face d’une pure arnaque, d’une vaste escroquerie.

Reply