Qu’est-ce que la flore de Döderlein ?

On désigne par le terme « flore de Döderlein » l’ensemble des lactobacilles qui colonisent la zone vaginale. La flore vaginale, également appelée microbiote vaginal, a été découverte par le gynécologue allemand Albert Döderlein en 1892. Elle fait partie de la flore humaine globale. La quantité et le type de bactéries présentes ont des implications importantes pour la santé globale des femmes. Les bactéries colonisatrices primaires d’un individu sain sont du genre Lactobacillus et l’acide lactique qu’elles produisent est censé protéger le vagin contre l’infection par des espèces pathogènes.

Un groupe aussi divers que varié

A l’origine, le terme flore de Döderlein n’était attribué qu’au bacille Lactobacillus acidophilus vaginalis. Des études ultérieures ont permis de comprendre que ce microbiome était beaucoup plus varié. Après la découverte du premier bacille de la flore vaginale par Albert Döderlein en 1892, d’autres membres ont été découverts. A leur nombre, on compte des espèces comme L. salivarius, L. delbrueckii, L. leichmanii ou L. cellobiosus. On retrouve chez certaines femmes des bactéries comme L. casei, L. jensenii, L. brevis et L. plantarum. Au nombre des espèces dominantes, on a Lactobacillus iners, Lactobacillus jensenii, Lactobacillus gasseri et Lactobacillus crispatus.

Des organismes hautement bénéfiques pour la santé

Flore de DöderleinLa flore de Döderlein forme un bio-film sur la muqueuse vaginale. Ces bactéries ont un effet bénéfique sur la santé du vagin, car elles inhibent la croissance, l’adhérence ou la propagation d’autres microorganismes. De nombreux mécanismes ont été identifiés, y compris la sécrétion d’acides organiques, la production de substances antimicrobiennes (peroxyde d’hydrogène, bactériocines et bio-surfactants) et la concurrence pour les nutriments. Les lactobacilles de la flore de Döderlein freinent également la propagation des pathogènes par la concurrence pour les récepteurs, l’exclusion stérique et la co-agrégation.

Production de substances inhibitrices

Depuis la première description de la flore par Döderlein, les lactobacilles ont été généralement considérés comme les portiers de l’écosystème vaginal. On a montré qu’ils inhibaient la croissance in vitro de microorganismes pathogènes, tels que Bacteroides fragilis, Escherichia coli, Gardnerella vaginalis, Mobiluncus spp., Neisseria gonorrhoeae, Peptostreptococcus anaerobius, P. bivia et Staphylococcus aureus. Il est généralement admis que cela se fait principalement par l’action de l’acide lactique. En outre, les lactobacilles contribuent normalement à prévenir la colonisation à long terme du vagin en adhérant aux cellules épithéliales vaginales. Cela réduit généralement le nombre d’agents pathogènes susceptibles de coloniser l’épithélium vaginal.

La production de peroxyde d’hydrogène est un autre mécanisme important pour l’activité antimicrobienne de nombreuses espèces de Lactobacillus. Le H2O2 est un agent oxydant, toxique pour la plupart des microorganismes anaérobies. Dover et al. ont rapporté que 75% des femmes en bonne santé étaient colonisées par des lactobacilles produisant du peroxyde d’hydrogène.

Les lactobacilles produisent une variété de substances qui inhibent la croissance des bactéries Gram-positives et Gram négatives. Les substances inhibitrices comprennent les bactériocines, le peroxyde d’hydrogène et les acides organiques. Ces composés peuvent réduire non seulement le nombre de cellules bactériennes viables, mais aussi affecter le métabolisme bactérien et sa production de toxines.

La flore de Döderlein produit des peptides antimicrobiens appelés bactériocines, qui sont des mécanismes de défense importants contre les microorganismes envahisseurs. L’activité antimicrobienne des Lactobacillus est due au potentiel transmembranaire réduit ainsi qu’au gradient de pH est produit par l’immunité des cellules hôtes. Les bactériocines n’ont pas d’activité hématolytique ou cytotoxique et ne provoquent pas d’irritation vaginale, ce qui convient parfaitement à l’usage humain.

Blocage des sites d’adhérence

L’inhibition compétitive pour les sites de fixation bactérienne sur les surfaces épithéliales génitales est un autre mécanisme d’action pour cette flore. Les Lactobacilles affichent une large gamme d’adhérences, ce qui leur permet d’adhérer à la surface de l’épithélium vaginal. Ceux-ci comprennent les acides lipoteichoïques, ainsi que protéiques. Lactobacillus acidophilus et Lactobacillus gasseri semblent plutôt utiliser des glycoprotéines comme sites d’adhérence.

Amélioration des défenses immunitaires

FéminitéLa flore microbienne indigène du tractus génital implique également la prévention des infections microbiennes par l’immunité innée et acquise. Le système immunitaire inné reconnaît les patrons moléculaires associés aux pathogènes.

La reconnaissance d’un modèle moléculaire associé à un pathogène par le système immunitaire inné déclenche une séquence d’événements conduisant à la génération de cytokines pro-inflammatoires et à l’activation du système immunitaire acquis (lymphocytes T et B).

Les sécrétions vaginales ont des facteurs solubles, comme les défensines, les lectines à liaison au mannose et les cellules phagocytaires. Les cellules épithéliales vaginales jouent un rôle crucial dans le développement de l’infection microbienne par l’interaction hôte-microbe.

Conséquences d’un déséquilibre de la flore de Döderlein

Presque toutes les femmes souffriront d’une vaginose bactérienne, d’une infection vaginale à levures ou d’une infection urinaire au moins une fois dans leur vie. La principale cause de ces problèmes vaginaux est un déséquilibre dans la flore vaginale. En d’autres termes, l’équilibre est perturbé soit par une diminution des bonnes bactéries, soit par la prolifération de mauvaises bactéries  ou de levures.

La réduction des bonnes bactéries et la prolifération excessive de microbes nuisibles est souvent corrélée. Lorsque cela se produit, votre corps peut lutter contre l’infection et retrouver dans un d’équilibre sain. Il peut aussi avoir besoin d’une aide extérieure sous la forme de médicaments, de produits contenant des pro-biotiques ou d’un changement de style de vie.

L’équilibre entre les bactéries bénéfiques et nuisibles est très fragile. Ce déséquilibre se produit si le pH vaginal n’est pas suffisamment acide. Ce pH devrait normalement se situer entre 3,8 et 4,5. Si le vagin n’est pas assez acide en raison d’une pénurie de lactobacilles, les champignons et les «mauvaises» bactéries peuvent se multiplier plus qu’ils ne le feraient habituellement. Deux exemples d’infection qui se produisent de cette façon sont le muguet (causé par des levures du genre Candida) et la vaginose bactérienne.

Les facteurs physiologiques ou externes qui peuvent augmenter le risque d’un déséquilibre dans la flore de Döderlein et, par conséquent, l’infection comprennent les antibiotiques, le tabagisme, une toilette intime inappropriée et les changements hormonaux liés à la grossesse. L’utilisation de contraceptifs, les rapports sexuels non protégés et le stress peuvent aussi nuire à la microflore vaginale. Le sauna ou piscine, des sous-vêtements synthétiques ou trop serrés, les adoucisseurs de tissus et les dispositifs intra-utérins peuvent également constituer des facteurs de risque.

Reply