Ménopause et libido font-elles bon ménage ?

Apparaissant autour de la cinquantaine, la ménopause est une étape de la vie physiologique de la femme. Elle est associée à la fin de la période de reproduction de la femme. Elle est également marquée par une disparition progressive de l’ovulation et d’un arrêt des menstrues. Ces signes sont associés à une chute brutale de la quantité d’hormones féminines pouvant conduire, chez certaines femmes, à une baisse du désir sexuel. Ainsi, dans bien des cas, ménopause et libido ne font pas bon ménage.

Mais, les activités sexuelles variant d’une femme à une autre lors de la ménopause, une sexualité épanouie peut prévaloir avec la fin de la période reproductive. Ainsi, chez d’autres femmes, la ménopause n’affecte pas grandement la libido qui peut même connaître un regain d’intensité. Ainsi, la ménopause peut s’accompagner d’une baisse de la libido, mais ce n’est pas toujours le cas chez toutes les femmes.

Ménopause et libido en baisse

Libido et ménopauseAvec la ménopause, certaines femmes ne sont plus attirées par les pratiques sexuelles. Il n’est pas rare que celles-ci n’aient pas l’envie de faire l’amour. Avec la perte de fonction hormonale des ovaires, la libido qui est en baisse se manifeste par un manque d’intérêt pour le sexe et les moments intimes. Quand il y a une prévalence  de la sécheresse vaginale, l’appétit sexuel en baisse se traduit également par une altération du plaisir et du désir sexuels.

  • Perte de la fonction hormonale des ovaires et libido

La ménopause est caractérisée par des modifications biologiques et hormonales. L’œstrogène n’est plus sécrété en grande quantité. Avec la baisse de la production de cette hormone propice au désir sexuel, la libido est également en baisse. Quand les ovaires fabriquent moins d’œstrogènes et que l’ovulation, cette période de grande pulsion sexuelle, ne prévaut plus, des troubles du désir sexuel s’installent chez la femme ménopausée. Il y a une diminution, voire une perte des pulsions sexuelles. Faisant, ainsi, prévaloir un lien entre une baisse de l’intérêt sexuel et les modifications hormonales liées à la ménopause. Il y a un émoussement en ce qui concerne l’intérêt pour la sexualité. Ainsi, la perte de la fonction hormonale au niveau des ovaires peut avoir pour conséquence, une diminution ou une perte du désir au cours de la ménopause.

  • Sécheresse vaginale et libido

Avec l’arrêt de la sécrétion des hormones sexuelles, le vagin peut subir des modifications majeures susceptibles d’affecter la sexualité de la femme et de provoquer une baisse ou une perte de la libido.

Le tarissement des sécrétions œstrogéniques induit une diminution de la circulation sanguine au niveau du vagin qui perd sa souplesse, son élasticité et devient sec (sécheresse vaginale). La lubrification vaginale connaît une baisse, la vulve s’assèche, la paroi et lèvres vaginales deviennent plus minces, gênant ainsi les relations sexuelles lors de la pénétration vaginale et entraînant des douleurs lors des rapports sexuels. Les moments intimes deviennent alors moins agréables avec pour corollaire une forte altération du plaisir et de désir sexuel. Progressivement, la femme ménopausée perd, alors, la libido.

Quand la ménopause entraine une stabilité ou une augmentation de la libido …

La ménopause ne fait pas toujours baisser le désir sexuel. Des femmes ménopausées ont toujours autant de désir sexuel avec une activité sexuelle. Dans ce cas, ce sont des facteurs autres que les hormones qui sont à la base de cette stabilité ou ce regain d’activité sexuelle, notamment des facteurs psychosexuels et contextuels ayant prévalu avant la ménopause ainsi qu’une autre perception de la ménopause.

  • Facteurs psychosexuels avant la ménopause et libido

Sexualité épanouie après 50 ansEn effet, les bouleversements hormonaux constatés à la ménopause ne déstabilisent pas la sexualité de toutes les femmes. La sexualité féminine n’étant pas modulée exclusivement par des facteurs hormonaux. La ménopause n’a pas toujours des répercussions sur la fonction sexuelle et la qualité de vie. Les modifications hormonales n’affectent, donc, pas le désir sexuel de certaines femmes. Les effets de la ménopause sur la libido dépendent pour beaucoup de la vie sexuelle ou du niveau de fonctionnement sexuel avant la fin de la période reproductive de la femme.

Ainsi, la libido peut encore prévaloir quand la qualité de la vie sexuelle et affective était excellente et  constituait une source de satisfaction avant la ménopause.  Alors, le désir sexuel est encore présent à la ménopause, avec un enrichissement, voire une évolution des rapports amoureux, même longtemps après la ménopause. Il peut avoir chez la femme qui n’est plus confrontée aux menstrues, libérée de la crainte de tomber enceinte, un regain de confiance et le désir de profiter davantage d’une vie sexuelle. Un regain d’envie sexuelle ou une augmentation de la libido peut, ainsi, s’installer.

  • Perception de la ménopause et libido

Toutes les femmes ne vivent pas la ménopause de la même manière. Celles qui abordent ce tournant comme une véritable libération, se sentant libérée de certaines sources d’anxiété, de la crainte de tomber enceinte, redécouvrent leur corps et donnent libre cours à ce corps, en se vouant à des fantasmes nouveaux. Elles s’abandonnent au plaisir sexuel. Ainsi, lorsqu’elles ne ressentent pas la ménopause et ne la vivent pas avec une mauvaise image de soi et se sentant toujours désirable, elles peuvent chercher à accroître leur potentiel érotique et à explorer leur imaginaire érotique. Alors, le désir et le plaisir s’accroissent pour une vie sexuelle intense malgré la ménopause. Chez ces dernières, la ménopause ne sonne pas le glas de l’activité sexuelle.

 

Femme ménopauséeEn somme, la ménopause peut être associée à une série de symptômes au nombre desquels figure une baisse de la libido. Le désir de faire l’amour aussi souvent qu’avant peut alors ne plus prévaloir, chez certaines femmes. Mais, la fin de la période reproductive chez la femme ne s’accompagne pas nécessairement d’une baisse du désir sexuel. D’autres femmes sont sexuellement actives au cours de la ménopause.

La baisse ou la perte du désir sexuel n’étant ni systématique, ni définitive avec la ménopause, la libido et la ménopause sont susceptibles de faire bon ménage chez certaines femmes ménopausées qui sont encore sexuellement actives. Une augmentation de l’appétit sexuel peut même apparaître chez ces dernières, même si, fréquemment, certaines femmes ressentent une baisse de la libido. En tout état de cause, si la ménopause marque la fin de la période reproductive, elle ne correspond pas à la fin de la sexualité et n’entraîne pas forcément une perte de la libido ou du désir sexuel.

Reply