Infections urinaires à répétition, une fatalité ?

On parle d’infections récurrentes lorsqu’une personne est sujette à des infections plus fréquentes, plus durables ou plus difficiles à traiter qu’en temps normal. De même, les personnes souffrant d’infections récurrentes contractent des pathologies auxquelles les autres sont quasiment insensibles. L’un des exemples les plus parlants est celui des infections urinaires à répétition, qui peuvent toucher des organes comme les reins, les uretères, la vessie et l’urètre. Face à la fulgurante progression du nombre de personnes qui souffrent de cette dysfonction, une question s’impose : les infections urinaires à répétition sont-elles une fatalité ?

Signes et symptômes

Répétition encore et encoreLes symptômes des infections urinaires à répétition affectant la vessie comprennent une urination fréquente, une urine sanglante ou foncée, une sensation de brûlure en urinant, une douleur dans les reins, ou une douleur dans la région de la vessie. Si l’infection se propage aux reins, elle pourrait causer de la nausée, des vomissements, des frissons, une forte fièvre, la fatigue et une désorientation mentale. On peut aussi observer une dysurie, une impériosité urinaire, la nocturie, l’hématurie ou un gonflement suprapubique. D’autres patients peuvent souffrir d’une enflure de la zone sub-pubienne. Chez les personnes âgées, les infections urinaires à répétition peuvent se manifester par l’incontinence, la confusion, l’anorexie, la fièvre et le choc septique.

Causes

Une infection urinaire est le résultat d’une infection bactérienne. Dans la plupart des cas, les bactéries pénètrent dans le système urinaire par l’urètre, puis se multiplient dans la vessie. Les infections de la vessie sont généralement du à la bactérie E. coli. Ce pathogène vit normalement dans les intestins de personnes et d’animaux en bonne santé. Dans son état normal, cette bactérie ne pose aucun problème. Cependant, si elle s’échappe des intestins vers les voies urinaires, elle peut entraîner une infection. Cela se produit généralement lorsque de minuscules morceaux de matières fécales entrent dans les voies urinaires. Certaines personnes contractent la maladie en utilisant des toilettes mal nettoyées. Aussi connues sous l’appellation d’urétrite, les infections de l’urètre sont aussi dues à des bactéries telles que E. coli. L’urétrite peut également être le résultat d’une infection sexuellement transmissible (IST) comme l’herpès et la blennorragie.

Facteurs de risque et populations à risque

Les femmes plus sujettes aux infections urinaires

Les conditions communes qui peuvent conduire à des infections urinaires récurrentes incluent le fait d’être dans une maison de repos ou dans un hôpital, le diabète, les calculs rénaux ou vésicaux, ainsi que le fait de porter un cathéter. Les personnes ayant auparavant subies une chirurgie urinaire, l’activité sexuelle et le fait d’avoir une infection de la prostate peuvent également accroître la susceptibilité d’une personnes aux infections urinaires à répétition.

Les infections urinaires chroniques sont les plus courantes chez les femmes que chez les hommes. Cela est dû à deux aspects différents de l’anatomie humaine de base. Tout d’abord, l’urètre est proche du rectum chez la femme. En conséquence, il est extrêmement facile pour les bactéries qui séjournent dans le rectum d’atteindre l’urètre. Deuxièmement, l’urètre d’une femme est plus court que celui d’un homme, ce qui signifie que les bactéries ont une distance plus courte à parcourir pour se rendre dans la vessie, où elles peuvent se multiplier et causer plus facilement une infection.

Il existe des facteurs de style de vie qui peuvent exposer un individu à un risque accru de développer une infection urinaire chronique. A leur nombre, on inclut des comportements comme l’utilisation d’un diaphragme pendant les rapports sexuels. Les douches vaginales, les spermicides et certains antibiotiques oraux changent constamment la composition bactérienne du vagin et accroissent par la même occasion le risque d’infections urinaires à répétition.

Traitement

Un traitement antibiotique administré sur une semaine est le principal traitement des infections urinaires. Cependant, si vous avez des infections urinaires chroniques, votre médecin pourrait vous prescrire une antibiothérapie à faible dose, mais de longue durée. Dans de nombreux cas, ce traitement aide à prévenir les symptômes récurrents. Le médecin peut également recommander un traitement dans lequel le patient prend des antibiotiques après chaque relation sexuelle.

Femme de dos

En plus des antibiotiques, le médecin peut demander au patient de surveiller de plus près son système urinaire. Il peut lui demander d’effectuer régulièrement des tests d’urine à domicile pour vérifier l’évolution de l’infections. Si les infections urinaires chroniques surviennent en même temps que la ménopause, un traitement par œstrogène vaginal peut être envisagé. Il limite également le risque d’infections urinaires futures. Les brûlures lors des mictions peuvent, quant à eux, être soulagées à l’aide d’analgésiques.

Selon certaines études, boire du jus de canneberge peut aider à minimiser les récidives chez ceux qui ont des infections urinaires chroniques. Boire beaucoup d’eau est un autre remède naturel qui peut aider à traiter une infection urinaire. De même l’utilisation d’une compresse chaude permet de soulager les douleurs liées à ce type d’infection.

Complications

Les personnes qui souffrent d’infections urinaires chroniques peuvent éprouver des complications. A leur nombre, on compte les infections rénales, les maladies rénales et d’autres lésions rénales permanentes, en particulier chez les jeunes enfants. On distingue également la septicémie, qui est une complication potentiellement mortelle. Les femmes peuvent être sujettes à un risque accru d’accouchement prématuré ou d’avoir des bébés ayant un faible poids à la naissance. Les personnes sensible aux infections urinaires récurrentes, devraient s’assurer d’uriner aussi souvent que nécessaire (surtout après les rapports sexuels). Elles doivent également s’essuyer d’avant en arrière après avoir uriné et boire beaucoup d’eau pour chasser les bactéries de leur système urinaire.

 

Les infections urinaires à répétition font courir des risques importants aux personnes qui en souffrent. Non prises en charge de façon adéquates, ces infections causées par des bactéries peuvent déboucher sur des problèmes rénaux. Quoique potentiellement nocives, ces affections, ne constituent cependant pas une fatalité au sens propre du terme. Des traitements existent et leur efficacité est plutôt excellente. Ils consistent principalement en une antibiothérapie de longue durée. En ayant une hygiène correcte et en faisant sa toilette intime de façon appropriée, il est possible pour les femmes qui sont les principales cibles de cette pathologie, de prévenir ce type de pathologies chroniques.

Reply