Acide valproïque : dans quels cas est-il utilisé ?

L’acide valproïque, également nommé valproate de magnésium, valproate de sodium ou juste valproate est un médicament permettant de stabiliser l’humeur et traiter l’épilepsie. Cet antiépileptique est notamment préconisé en cas de trouble bipolaire. Si ce médicament se révèle efficace, il présente également certaines contre-indications. Dans quelles situations faut-il donc utiliser l’acide valproïque ? Quel est son mécanisme d’action ? Petit tour d’horizon.

Qu’est-ce que l’acide valproïque et quel est son mode d’action ?

BipolaireLe valproate est un antiépileptique. Il agit principalement au niveau du système nerveux central. Son utilisation a été autorisée en 1978 par la FDA, alors que ses vertus anticonvulsives ont été découvertes en 1962 par le français Pierre Eymard. Mais il n’a réellement été employé qu’en 1995, afin de soigner les phases maniaques chez certains patients atteints de trouble bipolaire.

Les analyses cliniques et expérimentales effectuées sur l’acide valproïque lui attribuent deux sortes d’action anticonvulsivante. La première est une action pharmacologique directe, qui consiste à accroître la quantité d’acide gamma-aminobutyrique contenue dans le cerveau. La deuxième est son rôle d’inhibiteur de la dopamine présynaptique, d’où son efficacité à traiter la manie.

Dans quels cas le valproate est-il prescrit ?

L’acide valproïque compte parmi les médicaments considérés comme essentiels par l’Organisation mondiale de la santé. Il détient de nombreuses propriétés. Il est préconisé dans le traitement de différents cas, à commencer par l’épilepsie, dont l’épilepsie généralisée ou partielle, et ce, que ce soit chez l’enfant ou l’adulte. Il permet également de traiter la dépression, l’anxiété généralisée, le trouble bipolaire, les migraines ainsi que les troubles obsessionnels compulsifs ou les TOC.

Par ailleurs, d’après les instituts nationaux américains de la santé, le valproate peut être préconisé dans le cadre du traitement de certains cancers, dont celui du mélanome, du gliome ou de la moelle osseuse. Il est à même de tuer des cellules cancéreuses, et de neutraliser l’histone déacétylase. Il est de ce fait possible d’en prendre pour soigner la leucémie, en particulier chez de jeunes malades. Et ce n’est pas tout, car l’usage de cette substance pour traiter le cancer du sein montre de bons résultats quand elle est accompagnée d’une chimiothérapie.

L’acide valproïque occasionne-t-il des effets secondaires ?

Bien que dans la plupart des cas l’acide valproïque est un médicament efficace, il peut néanmoins engendrer quelques effets secondaires indésirables. En réalité, il peut causer une dyspepsie et d’autres problèmes digestifs, des maux de tête, une chute de cheveux, des vertiges, ou encore une augmentation du poids. Son utilisation peut en outre générer de la fatigue, des tremblements, des démangeaisons, de la somnolence, des troubles gastro-intestinaux : dégurgitation, nausées, lourdeur à l’estomac…

Sans un bon suivi médical, le valproate peut entraîner plusieurs autres affections : dysfonctions cognitives, troubles hépatiques, thrombopénie, diminution des folates cérébraux, etc. Chez la gent féminine, sa consommation peut provoquer des dérèglements du cycle menstruel.

Quelques contre-indications à signaler

Chez certains sujets, l’acide valproïque est contrindiqué. Tel est entre autres le cas des personnes qui souffrent d’un antécédent d’hépatite chronique ou aiguë, de problèmes au niveau du pancréas ou du foie et de celles qui ont une maladie du sang. D’autre part, certains patients peuvent manifester une réaction allergique et une porphyrie.

Le valproate ne doit en aucun cas être combiné avec certains médicaments. S’il est associé à de la méfloquine, cela peut causer des crises d’épilepsie, car la méfloquine favorise l’induction enzymatique des cytochromes en partie responsables du métabolisme du valproate. Dès lors que ce métabolisme est accru, cela limite l’efficacité de l’antiépileptique. De plus, alors que le métabolisme de la méfloquine est freiné par l’acide valproïque, celle-ci détient une action proconvulsivante.

De surcroît, la combinaison du valproate avec un autre antiépileptique inducteur enzymatique peut mener à une réduction de la quantité de l’acide valproïque dans le plasma. De même, si la prise de cet acide et d’un antidépresseur imipraminique est effectuée de manière simultanée, certaines précautions d’emploi sont à suivre.

Les contre-indications ne s’arrêtent pas là. En réalité, si le valproate de sodium est pris en même temps que la lamotrigine, cela peut conduire à des réactions épidermiques sérieuses, telles que le syndrome de Lyell ou de Stevens Johnson. Enfin, il est amplement déconseillé aux femmes qui désirent tomber enceintes. Et pour cause, il est susceptible de donner lieu à une malformation du fœtus au cours de la période de grossesse.

Le valproate et le trouble bipolaire

Le trouble bipolaire est un problème qui se traduit par la succession d’épisodes dépressifs et d’épisodes maniaques. La durée de ces épisodes peut varier à des jours, voire des semaines, des mois ou même des années. Lors de la phase de dépression, le patient éprouve du désespoir, de la tristesse et a des envies de suicide. Durant la phase de manie, il peut devenir colérique, euphorique. Il n’a aucun sens du discernement et peut présenter certaines attitudes dangereuses.

L’acide valproïque est aussi bien prescrit au cours de la phase de manie que pendant les moments de stabilité, afin de prolonger l’état anémique du patient. Le dosage normal est compris entre 900 mg et 1800 mg par jour. S’il ne s’agit pas du seul médicament psychorégulateur à même de stabiliser l’humeur, le valproate est sans doute le stabilisateur d’humeur le plus usité. Ce qui est particulièrement le cas aux États-Unis.

L’acide valproïque est-il recommandé aux femmes enceintes ?

Acide valproïque et troubles bipolairesLa prise d’acide valproïque durant la période de grossesse peut être la source de plusieurs problèmes. En effet, cela peut stimuler la manifestation de malformations congénitales chez les fœtus des femmes enceintes. Et les médecins le savent depuis déjà près d’une quarantaine d’années. Auprès d’une femme enceinte sur dix, la consommation du valproate pendant les trois premiers mois de gestation peut être à l’origine de malformations congénitales. Chez 3 à 4 sujets de bas âge dont les mères ont été sous valproate durant la grossesse, le risque d’autisme et de déficit cognitif est important. Découvrez donc tous les risques que courent les femmes enceintes plus en détail si elles sont traitées sous acide valproïque.

– Quels sont les risques de l’acide valproïque lors de la gestation ?

Lorsqu’une femme est enceinte, cette dernière court un grand risque si elle prend du valproate, car elle est susceptible de mettre au monde un nouveau-né souffrant d’anomalies. Si cette substance a été employée depuis déjà quelques décennies, il a effectivement pu être constaté que près d’un enfant sur dix dont les mères ont pris du valproate lors de la grossesse, contre un pourcentage minime pour les autres enfants en général, à raison de 2 à 3 %.

– Les dangers encourus par les bébés in utero

La prise de l’acide valproïque présente des risques pour la santé lorsque cela est fait au cours de la grossesse. Et à mesure que la dose augmente, cela multiplie d’autant plus les risques encourus. Pour les embryons exposés à l’acide valproïque, les risques de troubles du comportement et du développement moteur et intellectuel de même que les risques de difformités graves sont élevés : malformations osseuses de la colonne vertébrale, du crâne, du palais, de la lèvre supérieure, de la face, des reins, du cœur, des membres, des organes génitaux, des voies urinaires…

 – Les éventuels problèmes chez les petits de 3 à 6 ans dont les mères ont pris du valproate étant enceintes

Chez 3 à 4 sujets sur dix âgés de 3 à 6 ans et dont les mères ont eu un traitement sous valproate au cours de leur grossesse, le risque de trouble du développement est important. Ces enfants prennent alors plus de temps que la normale pour parler, pour marcher. Leurs facultés intellectuelles sont inférieures à celles des autres enfants, sans compter leur difficulté à mémoriser et à s’exprimer.

Aussi, l’autisme infantile ainsi que les troubles du spectre autistique sont plus fréquents chez ces petits exposés à l’acide valproïque. Ces enfants peuvent par ailleurs manifester des signes du trouble du déficit de l’attention ou de l’hyperactivité.

Bref, la prise d’acide valproïque au cours de la grossesse est fortement déconseillée, afin d’éviter des problèmes au futur bébé.

Dernières recommandations quant à la prise de valproate de sodium

Le valproate est un médicament qu’il faut consommer avec une grande précaution. Un suivi médical est évidemment requis pour parer à tout désagrément. Voici quelques dernières directives concernant sa consommation.

— À quelle fréquence faut-il consommer l’acide valproïque ?

Mis à part les cas de convulsion ayant une cause provisoire bien définie, la prise usuelle de l’acide valproïque doit être accomplie tous les jours, et même de nombreuses fois durant un jour, et ce, à vie.

— Comment s’effectue la prise de valproate ?

L’acide valproïque se décline sous la forme de solution buvable à verse dans un aliment froid et sucré, de comprimés gastro-résistants et de comprimés. Il est consommé durant le repas, afin d’en réduire les effets sur l’estomac. En cas d’ingestion sous forme solide, il est recommandé de l’avaler sans sucre ou de le mâcher pour que la gorge ou la bouche ne s’irrite pas.

— Autres instructions utiles

Bon nombre de médicaments pris en même temps que le valproate sans ordonnance du médecin peuvent avoir une influence sur la quantité d’acide valproïque dans le sang. Ainsi, durant la consultation, le malade doit informer son médecin sur les médicaments et autres produits qu’il prend. De plus, il est à souligner que ce médicament ne se révèle pas toujours opérant sur toutes les formes de convulsions. Certains patients doivent de ce fait éviter sa prise.

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.