Chlamydia Pneumoniae

Chlamydophila pneumoniae est une espèce de bactérie intracellulaire qui infecte l’homme et s’avère une cause majeure de pneumonie. Jusqu’à récemment, ce parasite obligatoire était connu sous le nom de Chlamydia pneumoniae, et ce nom est encore utilisé comme substitut dans certaines sources. Cette bactérie atypique a un cycle de vie complexe et doit nécessairement infecter une autre cellule pour se reproduire. Elle est couramment responsable de pharyngites, de bronchites, de maladies coronariennes, en plus de plusieurs autres maladies possibles.

Quel est le cycle de vie et la méthode d’infection de Chlamydophila pneumoniae ?

Chlamydophila pneumoniae est une petite bactérie à Gram négatif, de 0,2 à 1 µm de diamètre, qui subit plusieurs transformations au cours de son cycle de vie. Il existe en tant que corps élémentaire entre les hôtes. Ce corps élémentaire n’est pas biologiquement actif, mais résiste aux stress environnementaux et peut survivre en dehors d’un hôte pendant un temps limité.

Il se déplace d’une personne infectée aux poumons d’une personne non infectée dans de petites gouttelettes. Une fois dans les poumons, il est absorbé par les cellules dans une poche appelée endosome grâce au processus de phagocytose.

Contrairement à la plupart des matériaux phagocytés, le corps élémentaire n’est pas détruit par la fusion avec des lysosomes. Au lieu de cela, il se transforme en un corps réticulé et commence à se répliquer dans l’endosome.

Les corps réticulés doivent utiliser une partie du métabolisme cellulaire de l’hôte pour compléter leur réplication. Les corps réticulés sont ensuite reconvertis en corps élémentaires et sont ensuite relâchés dans les poumons, très souvent après avoir causé la mort de la cellule hôte.

Les corps élémentaires sont ensuite capables d’infecter de nouvelles cellules, soit dans le même organisme, soit dans un nouvel hôte. Ainsi, le cycle de vie de Chlamydia pneumoniae est divisé entre le corps élémentaire, qui est capable d’infecter de nouveaux hôtes mais ne peut pas se répliquer, et le corps réticulé, qui se réplique mais ne peut pas provoquer une nouvelle infection.

Chlamydia pneumoniae a été découvert par le Dr T. Grayston et ses collègues, lors d’études sur le trachome dans les années 1960. Initialement, ces chercheurs avaient nommé TWAR (Taiwan acute respiratory agent) l’organisme nouvellement découvert.

Il n’y a qu’un seul sérotype de C. pneumonia, et tous les isolats humains, jusqu’ici analysés, concordent à plus de 98%. C. pneumoniae est la seule espèce à posséder un gène udk codant pour l’uridine kinase. Le séquençage de son ADN suggère que les humains ont contracté cette infection par zoonose.

Quelles sont les maladies causées par Chlamydophila pneumoniae ?

Chlamydia pneumoniae peut causer des infections pulmonaires, telles que la pneumonie. C’est l’une des causes les plus fréquentes de pneumonie acquise en communauté (infections pulmonaires développées en dehors d’un hôpital). Cependant, toutes les personnes exposées à C. pneumoniae ne développent pas une pneumonie.

C’est une infection très courante qui touche environ 50% des personnes âgées de 20 ans et 70 à 80% des personnes âgées de 60 à 70 ans. C’est la troisième cause la plus courante de pneumonie acquise en communauté (PAC). La bactérie est également une cause fréquente d’infections respiratoires aiguës avec une séroprévalence mondiale allant jusqu’à 70%.

La bactérie C. pneumoniae est impliquée dans un grand nombre de maladies chroniques, telles que l’athérosclérose, l’asthme, l’arthrite, la sclérose en plaques et bien d’autres, quoique la preuve de la causalité ne soit pas très forte. Elle infecte et provoque également des maladies chez les koalas, les boas émeraude (Corallus caninus), les iguanes, les caméléons, les grenouilles et les tortues.

Quelle est la prévalence de l’infection ?

C. pneumoniae est un agent pathogène respiratoire commun. L’infection survient fréquemment pendant l’enfance et l’adolescence. A l’âge adulte, environ 80% de la population a été déjà infectée. Des infections respiratoires asymptomatiques surviennent chez 2 à 5% des adultes et des enfants.

Il n’ya pas de variation saisonnière, bien qu’un cycle de 4 ans ait été suggéré. La pneumonie due à cet organisme est présente dans le monde entier. Dans une étude, elle représentait 8% des cas en Amérique du Nord, 7% en Europe, 6% en Amérique latine et 5% en Asie et en Afrique. Les taux sont les plus élevés chez les moins de 1 an et les plus de 70 ans.

Comment se transmet l’infection ?

Ces infections pulmonaires se propagent de la même manière que beaucoup d’autres maladies respiratoires. Elles se transmettent de personne à personne directement par la toux ou les éternuements et indirectement par les germes présents sur les mains ou d’autres objets. Le nombre de ces infections atteint un sommet chez les enfants d’âge scolaire âgés de 5 à 15 ans.

Une personne atteinte de C. pneumoniae a la bactérie dans le nez, la gorge, la trachée et les poumons. Si une personne infectée tousse dans ses mains, elle peut transmettre la bactérie à d’autres personnes, en leur serrant la main, par exemple.

La plupart des personnes exposées brièvement à une personne infectée ne tombent pas malades. On sait que les infections à C. pneumoniae ont de longues périodes d’incubation. Les symptômes apparaissent 3 à 4 semaines après l’exposition.

Des personnes de tous âges peuvent contracter la maladie. Le premier contact avec la maladie a généralement lieu pendant l’enfance et au début de l’âge adulte. Cependant, la réinfection est plus fréquente chez les personnes âgées.

Les personnes les plus à risque incluent celles qui vivent ou travaillent dans des environnements surpeuplés, tels que:

  • les écoles
  • les résidences universitaires
  • les casernes militaires
  • les maisons de retraite
  • les hôpitaux
  • les prisons
Maison de retraite

Les lieux où circulent beaucoup de personnes, comme les maisons de retraite, sont plus à risque

Quels sont les symptômes de Chlamydia pneumoniae ?

La majorité des personnes atteintes de Chlamydia pneumoniae sont «asymptomatiques», ce qui signifie qu’elles ne présentent aucun signe ou symptôme. Certains patients n’ont que des symptômes très légers. Pour ceux qui présentent des symptômes, ceux-ci peuvent prendre au moins 21 jours, à compter de la date d’exposition, pour apparaître. Les symptômes les plus communs comprennent :

  • un nez bouché ou qui coule
  • la fatigue
  • une légère fièvre
  • des maux de gorge ou un enrouement
  • une forte toux
  • des maux de tête

Une infection des voies respiratoires supérieures, comme une infection de l’oreille ou des sinus, peut survenir. Des infections pulmonaires graves, comme la bronchite ou la pneumonie, peuvent se développer, mais cela est beaucoup plus fréquent chez les personnes âgées de plus de 65 ans.

Si le patient commence à montrer des signes d’une infection pulmonaire grave, il devra consulter un médecin pour obtenir de plus amples conseils. Il devra également consulter un médecin si des symptômes graves apparaissent :

  • une toux sèche
  • des problèmes de respiration
  • une fièvre,
  • une forte transpiration
  • des frissons
  • une douleur à la poitrine
  • une perte d’appétit
  • la confusion
  • une laryngite (perte de la voix)

Si elle n’est pas traitée, l’infection par Chlamydia pneumoniae peut provoquer des exacerbations telles que la maladie pulmonaire obstructive chronique, l’emphysème, la bronchite chronique et l’asthme réfractaire.

Toux sèche

Certaines symptômes comme une toux sèche peuvent être associée à infection par Chlamydia Pneumoniae

Comment se fait le diagnostic ?

La radiographie pulmonaire peut montrer de petits infiltrats. La plupart des cas de pneumonie sont bénins, mais la maladie peut être grave chez des patients affaiblis. Le diagnostic de laboratoire est fait par sérologie ou par culture.

Le diagnostic sérologique est établi en détectant une multiplication par quatre du titre en anticorps par micro-immunofluorescence (MIF). Le MIF est le seul test sérologique capable de différencier de manière fiable les espèces de Chlamydia. Un seul titre d’anticorps a, à lui seul, une faible valeur diagnostique car la séroprévalence des anticorps anti-C. pneumoniae avoisine les 50% chez la population adulte. La séroconversion peut prendre jusqu’à huit semaines lors d’une infection initiale, mais elle a tendance à se produire beaucoup plus rapidement lors d’une réinfection (une à deux semaines). De faux tests d’anticorps positifs peuvent survenir en présence d’un facteur rhumatoïde positif.

La culture d’aspirations nasopharyngées, de prélèvements de gorge ou d’un liquide de lavage bronchique est possible. Les écouvillons doivent être placés dans un milieu de transport spécial, les autres échantillons pouvant être collectés dans les récipients habituels. Tous les échantillons doivent être conservés au réfrigérateur.

Le diagnostic par PCR est possible, mais il n’est actuellement utilisé que pour enquêter sur les épidémies de maladies respiratoires lorsque les tests classiques n’ont pas révélé la cause de l’infection.

Comment combat-on Chlamydia pneumoniae ?

Le traitement se fait normalement avec des antibiotiques. Ils constituent généralement la forme la plus efficace de traitement médical de l’infection, et plusieurs types d’antibiotiques peuvent être utilisés.

Les agents antimicrobiens préférés incluent la doxycycline 100 mg pendant 14-21 jours; l’azithromycine 1,5 g par voie orale pendant 5 jours; la clarithromycine 500 mg deux fois par jour pendant 10 jours et la lévofloxacine 500 mg en IV pendant 7 à 14 jours.

Le pédiatre peut prescrire des antibiotiques tels que l’érythromycine ou la tétracycline pour éliminer l’infection et aider les enfants à guérir plus rapidement. Les infections bénignes à modérées sont généralement traitées avec la doxycycline, la clarithromycine ou la roxithromycine.

De nombreuses personnes infectées guérissent sans traitement médical, mais tout le monde réagit différemment à l’infection.

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.