En salle d'attente

Comment aider un enfant avec des troubles du comportement ?

Devenir parent n’est jamais chose aisée. Chacun souhaite offrir une vie des plus équilibrées à son enfant. Toutefois, ce qui marche chez certains ne fonctionne pas forcément pour d’autres. Chaque enfant est unique, et il peut arriver que parents et enfants ne se comprennent pas toujours. Dans des cas où l’enfant se sent incompris, il peut adopter une attitude pouvant alerter son entourage. On parle alors souvent de troubles du comportement. Ce ne sont pas des situations rares, mais elles sont souvent difficiles à comprendre et à gérer. Dans cet article, nous mettrons l’accent sur ce que c’est, comment le comprendre et comment y faire face?

Qu’est-ce qu’un trouble du comportement ?

De prime abord, il faut comprendre qu’un trouble du comportement chez l’enfant n’est pas égal à des troubles mentaux. Un retard mental ou encore l’autisme ne font donc pas partie de cette catégorie. Le trouble du comportement est majoritairement considéré comme un trouble psychique réactionnel. Il peut alors avoir un facteur soit psychologique, soit psychosocial. C’est le cas par exemple des enfants qui ne montrent des agissements peu communs que dans des situations précises. Cela peut tout de même avoir comme origine une pathologie psychiatrique, des problèmes neurobiologiques ou même génétiques. Quoi qu’il en soit, il peut être nécessaire d’en savoir plus sur les troubles psychomoteurs pour mieux gérer la situation.

Trouble du comportement

Par exemple, sont considérés comme des troubles du comportement chez l’enfant, ceux oppositionnels avec provocation ou troubles explosifs intermittents. Cela se manifeste souvent par de la colère et de l’irritabilité chez l’individu avec une certaine tendance à défier un autre individu. Il en est de même en ce qui concerne les troubles du déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH) ou encore les tocs. Ceux-ci se constatent le plus souvent en milieu scolaire, lorsque l’enfant présente des difficultés à s’adapter au rythme de ses camarades. Il y a aussi les troubles de conduite qui se manifestent par un non-respect intentionnel des règles établies. Il faut comprendre que le terme « troubles du comportement » est très générique. Les situations peuvent varier énormément d’un enfant à un autre. Toutefois, d’une manière générale, l’enfant atteint a souvent des difficultés à s’adapter à la vie en communauté. Cela vaut autant sur le plan familial, affectif que social. Cependant, jusqu’à un certain âge, ces comportements peuvent faire partie du développement normal de l’enfant. Ce n’est qu’au-delà de 4 ans, que ceux-ci peuvent être considérés comme étant de véritables troubles si les signes persistent.

Comment détecter les troubles du comportement ?

Face à tous ces faits, comment peut-on distinguer de véritables troubles du comportement ? Si l’on parle de TDAH, cela touche le plus souvent, comme dit précédemment, les enfants d’âge scolaire. Selon certaines études, 3 à 5% en sont atteints. Les symptômes permettant souvent de le détecter sont le manque d’attention, l’impulsivité et l’hyperactivité.  Plus concrètement, cela se traduit par un enfant qui a des difficultés à contrôler ses sentiments. Il peut alors se montrer agité, colérique et même agressif. La plupart du temps, ils sont victimes de rejet social à cause de leurs agissements parfois violents. A ce stade, si le trouble est diagnostiqué rapidement, la « rééducation » peut être assurée par les parents eux-mêmes. Dans le cas contraire, cela peut conduire à un trouble oppositionnel avec ou sans provocation. Cela se détecte le plus souvent chez les enfants entre 6 à 12 ans. Ces derniers font souvent preuve d’opposition vive à toute forme d’autorité, et de fortes argumentations lors de toute réprimandassions. Sans intervention, cela peut ensuite se transformer en trouble des conduites. Dès lors que l’enfant atteint ce troisième stade, l’agressivité est décuplée.

L’OMS compte aujourd’hui près de 23 symptômes variés qui traduisent un trouble des conduites. Cela peut alors aller de la simple colère et la désobéissance jusqu’au vandalisme et violence physique. Ce qui est délicat dans cette situation, c’est que la frontière entre punition et soin est souvent floue pour les parents. Dans cette optique, pour avoir un véritable diagnostic fiable et trouver le bon traitement, il faut prendre beaucoup de précautions. L’enfant peut alors avoir besoin non seulement de l’aide de sa famille, mais aussi de professionnels de l’enfance. Dans la grande majorité des cas, les parents sont les premiers à détecter des troubles chez l’enfant. Cesdits comportements peuvent en effet être isolés ou en réaction à un mouvement. Ce sont donc ceux qui passent le plus de temps avec l’individu qui sont à même de détecter des anomalies.

Qui peut diagnostiquer un trouble du comportement ?

Les parents et les éducateurs scolaires peuvent détecter des agissements particuliers. Cependant, seuls les professionnels de l’enfance sont à même de diagnostiquer un véritable trouble du comportement. En effet, il ne faut pas oublier que les troubles décrits peuvent faire partie d’une phase normale de maturation de l’enfant. Dans ces cas, il s’agit juste d’un état transitoire que l’enfant finira par dépasser. Toutefois, pour avoir une certitude, les professionnels peuvent faire passer certaines évaluations à l’enfant. Le diagnostic s’accompagne alors d’examens approfondis. Habituellement, cela revient à un spécialiste de la santé mentale comme un pédopsychiatre ou un psychologue. Celui-ci évalue les capacités intellectuelles de l’enfant, lui fait effectuer un bilan orthophonique ainsi qu’un examen psychomoteur. Il s’entretient ensuite avec l’enfant, ses parents et son entourage (comme ses professeurs) pour mieux le cerner. Même les antécédents médicaux et familiaux sont pris en compte. Cela est en effet nécessaire pour trouver et isoler les facteurs influençant le comportement de l’enfant. Le professionnel aide alors à comprendre si celui-ci se comporte normalement ou non par rapport à son âge. Un traitement personnalisé pourra être établi par le professionnel après examen approfondi. Il faut en effet que cela convienne à l’enfant, car comme mentionné plus haut, chacun est unique. L’aide se fait au cas par cas, mais plus tôt les troubles seront diagnostiqués, mieux ce sera. De manière générale, cela comprend un soutien éducatif, pédagogique et psychologique.

En salle d'attente

Dans les cas les plus avancés, il est possible que l’administration de psychotropes soit utile. Souvent, une relation saine entre parents et enfants permet de gérer plus facilement les troubles. L’enfant doit pouvoir se développer dans un cadre positif et affectueux. Bien évidemment, des règles claires sont indispensables, mais il faut aussi essayer de comprendre le point de vue de l’enfant. Beaucoup d’actions peuvent être entreprises envers ce dernier. Néanmoins, il ne faut pas oublier que les parents d’enfants avec troubles comportementaux ont eux-mêmes besoin de soutien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.