allaitement

Comment augmenter sa production de lait lors de l’allaitement ?

En France, les campagnes de promotion de l’allaitement maternel ne cessent de s’amplifier et de vanter les mérites de ce mode d’alimentation. Selon une étude de l’ELFE (Étude longitudinale française depuis l’enfance), 70% des bébés se nourrissent au sein de leur mère au moment de leur naissance. Malheureusement, bien des jeunes mamans arrêtent d’allaiter leur bébé au cours des premiers mois, tandis que seulement une infime partie continue d’allaiter de façon exclusive. Et l’une des raisons les plus fréquemment citées est le manque de lait maternel. Comment remédier à cette baisse de production du lait ? Découvrez les solutions dans cet article.

Allaiter plus souvent

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le fait d’allaiter régulièrement est la façon la plus rapide d’améliorer la production de lait, sachant que l’on laissera bébé décider quand arrêter de téter.

Lorsque votre bébé tète votre sein, des hormones qui déclenchent la production de lait par vos seins sont libérées dans votre corps. C’est le réflexe naturel de l’organisme pour favoriser l’allaitement. Ce phénomène se produit lorsque les muscles de vos seins se contractent et font passer le lait dans les canaux, ce qui se produit peu de temps après le début de l’allaitement. En clair, plus vous allaitez, plus vos seins produisent de lait. L’allaitement de votre nouveau-né 8 à 12 fois par jour peut décupler et maintenir la production de lait.

Allaiter des deux côtés

Demandez à votre bébé de se nourrir des deux seins à chaque tétée. Laissez donc bébé téter dès le premier sein jusqu’à ce qu’il ralentisse, ou arrêtez de le nourrir avant de lui donner le deuxième sein. En effet, la stimulation de l’allaitement des deux seins peut vous aider à augmenter votre production de lait.

Aliments, herbes et compléments alimentaires
Selon les experts et les partisans de l’allaitement maternel, différents aliments et herbes peuvent augmenter la production de lait maternel. Certains se révèlent même efficaces en moins de 7 jours :

  • ail,
  • gingembre,
  • fenugrec,
  • fenouil,
  • levure de bière,
  • chardon béni,
  • luzerne,
  • et spiruline.

Gardez à l’esprit qu’il est toujours préférable de consulter votre médecin avant de prendre ces aliments et compléments alimentaires, surtout pendant la période d’allaitement. En effet, même les plus sûrs des remèdes de grand-mère peuvent avoir des effets secondaires notables. Pour trouver d’autres remèdes contre la faible production de lait, nous vous recommandons de consulter cet article.

Le coquillage d’allaitement
Aussi connu sous le nom de « cupule », le coquillage d’allaitement est un dispositif naturel qui regroupe deux coques creuses sur le centre pareil à un sein. Son objectif principal est simple : recueillir le lait qui aurait pu couler pendant la tétée, surtout si la maman ressent une douleur au niveau des mamelons durant l’allaitement.

bébé

Les bienfaits du coquillage d’allaitement

Antidouleur naturel, le coquillage d’allaitement sert aussi à soigner les déchirures de la peau du sein, en plus de récupérer le lait qui coule du mamelon. Nombreux sont les atouts potentiels du coquillage d’allaitement : il se fixe facilement sur les seins de la maman, et exerce ensuite une légère pression qui favorise l’éjection du lait. Et pour les jeunes mamans qui ressentent de la douleur pendant l’allaitement, le coquillage permet aussi d’hydrater les mamelons et de favoriser leur guérison. En plus de son action antidouleur, cet accessoire d’allaitement permet aussi de recueillir le reste du lait écoulé pour l’envoyer dans un centre spécialisé dans les collectes de lait maternel. En outre, de par sa forme évasée, le coquillage d’allaitement permet d’éviter la surproduction de lait pendant l’allaitement.

Les différences avec la coquille d’allaitement

Il faut savoir qu’il existe aussi une version du coquillage d’allaitement : la coquille d’allaitement. Cependant, la coquille d’allaitement est une version en plastique qui semble beaucoup moins efficace que son aîné naturel. En d’autres termes, le coquillage d’allaitement garantit donc une action totalement naturelle sur vos mamelons. C’est d’ailleurs une raison pour laquelle cet accessoire est très prisé par les mamans scandinaves.

Par ailleurs, comme vous pouvez le voir sur cette page, l’efficacité des coquilles d’allaitement est beaucoup plus aléatoire. En effet, ces accessoires en plastique sont connus pour stimuler beaucoup trop la sécrétion de lait et donc favoriser la surproduction. Il n’en est pas de même avec le coquillage d’allaitement, qui se charge de favoriser la production tout en douceur. De plus, le coquillage peut être utilisé avec un coussinet d’allaitement en cas de besoin.

Les causes de la baisse de production du lait
Que ce soit d’ordre émotionnel ou médical, nombreuses sont les causes de la baisse de production du lait maternel. Dès lors que les problèmes de santé du bébé sont écartés, le médecin pourra examiner la jeune maman afin d’identifier un trouble pathologique ou émotionnel associé à la production insuffisante de lait maternel.

allaitement

Les facteurs émotionnels

L’angoisse, le stress et même le malaise peuvent interférer avec la sécrétion d’hormones responsables de la production du lait. Pour y remédier de façon naturelle, il est donc préférable de créer un environnement propice à l’allaitement et de rendre cette expérience aussi agréable que possible au quotidien.

Les pathologies

Il est avéré que certaines maladies peuvent interférer avec la production de lait. Il s’agit le plus souvent :

  • d’hypertension artérielle associée à la grossesse ;
  • de diabète ;
  • et du syndrome des ovaires polykystiques.

Les interactions médicamenteuses

Les produits contenant de la pseudo-éphédrine, tels que les médicaments contre les sinus et les allergies, et certains types de contraceptifs hormonaux peuvent affecter la production de lait maternel.

Le tabac et l’alcool
La cigarette et l’alcool ne font pas bon ménage avec l’allaitement maternel. Même en quantité modérée, ces produits peuvent potentiellement réduire votre production de lait.Une chirurgie mammaire antérieure
Le fait de ne pas disposer de suffisamment de tissu glandulaire suite à une opération de chirurgie mammaire (réduction mammaire, élimination d’un kyste ou encore mastectomie), peut influencer négativement la lactation. La chirurgie mammaire et le perçage du mamelon peuvent même endommager les nerfs responsables de la production de lait maternel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.