Crise de spasmophilie : que faire en cas de crise ?

​La crise de spasmophilie ou tétanie latente est un symptôme caractérisé par des spasmes ou des contractions musculaires incontrôlés et souvent douloureux, ainsi qu’une sensation de picotement désagréable qui peut durer plus ou moins longtemps. L’apparition de la crise de spasmophilie est associée à une vitesse accrue de transmission du​​ signal entre les nerfs et les muscles (excitabilité neuromusculaire excessive). Un élément qui joue un rôle important dans les processus de transmission des impulsions neuromusculaires est le calcium. C’est pourquoi une diminution du calcium sanguin (hypocalcémie), souvent accompagnée d’une diminution du magnésium (hypomagnésémie) et du potassium (hypokaliémie), entraîne la survenue d’une crise de spasmophilie.

Qu’est-ce qu’une crise de spasmophilie ?

La crise de spasmophilie est une condition médicale qui se traduit par une excitabilité neuromusculaire accrue. Les symptômes caractéristiques de cette maladie sont :

  • maux de tête et vertiges ;
  • insomnie ;
  • irritabilité ;
  • tremblements musculaires des membres ;
  • spasmes musculaires ;
  • agitation ;
  • engourdissements et picotements dans les membres ;
  • sensation de faiblesse ;
  • troubles de la concentration et de la mémoire ;
  • anxiété ;
  • et sensation de spasme de la glotte.

Cet état d’anxiété est un problème rencontré principalement chez les jeunes, professionnellement actifs. Il n’y a pas de différences claires en termes de sexe, bien que la gent féminine en souffre plus fréquemment. 

Crise de spasmophilie, que faire en cas de crise

Quels sont les symptômes d’une crise de spasmophilie ?

Le premier symptôme de la crise de spasmophilie est une sensation de picotement. Cette gène se ressent principalement au bout des doigts et autour de la bouche. Puis des contractions musculaires douloureuses suivent. Ils commencent par les mains. Vous constatez une flexion maximale de toutes les articulations des 4e et 5e doigts, avec l’extension simultanée du pouce, de l’index et du majeur. Ensuite, ces contractions musculaires passent aux avant-bras, aux bras, au visage (spasme des paupières, contraction des muscles autour de la bouche), à la poitrine et aux jambes.

Peuvent également survenir : 

  • une photophobie,
  • une diplopie,
  • un laryngospasme,
  • un bronchospasme,
  • une douleur thoracique,
  • des palpitations,
  • une migraine,
  • une perte de conscience accompagnée de convulsions (pouvant être confondues avec l’épilepsie).

Entre les crises de crise de spasmophilie, les patients peuvent se plaindre de troubles de la mémoire et de faiblesse générale.

Quelles sont les causes de la crise de spasmophilie ?

L’augmentation de l’excitabilité des nerfs périphériques est une conséquence des faibles taux de calcium sérique. La diminution des taux de calcium ionisé, c’est-à-dire biologiquement actif, peut provenir d’une alcalose. Le calcium affecte, entre autres, l’excitabilité des connexions neuromusculaires. Les perturbations électrolytiques conduisant à la crise de spasmophilie peuvent résulter des troubles alimentaires, gastro-intestinaux, endocriniens, néphrologiques et génétiques. Mais la crise peut aussi être induite par la prise de certains médicaments.

Comment prévenir une crise ?

La clé de la prévention de la crise de spasmophilie est une alimentation appropriée qui assurera à l’organisme un apport adéquat en calcium. Cette alimentation devrait inclure des produits laitiers tels que le fromage affiné à la présure, le camembert fondu, le fromage de brebis, le lait en poudre et le lait concentré non sucré. Les sardines, le saumon et les sprats fumés sont également riches en calcium. Chaque jour, cela vaut la peine de manger toutes sortes de noix (cacahuètes, noix, noisettes, pistaches) ainsi que des graines de tournesol et de pavot en guise de collation.

Quels sont les traitements ?

L’objectif du traitement d’un patient atteint de crise de spasmophilie est d’augmenter le taux de calcium sérique. Puis de le maintenir à un niveau constant pour prévenir les symptômes aigus et le développement de complications chroniques. Si une concentration réduite de magnésium et un faible niveau de potassium coexistent, les spécialistes ajoutent des préparations appropriées. En cas de carence diagnostiquée en vitamine D, sa supplémentation est recommandée, notamment en automne et en hiver. Chez les patients présentant des symptômes permanents de la spasmophilie, les spécialistes recommandent un traitement de longue durée par des préparations orales de calcium et de vitamine D.