2 semaines de grossesse, 4 semaines d’aménorrhée

La future maman a passé avec brio la première semaine de grossesse et entame la deuxième semaine avec impatience. Pourtant, pendant cette 4ème semaine d’aménorrhée, la grossesse n’est toujours pas visible, et le ventre tarde à grossir. Par contre, attendant ses règles de pied ferme, la future maman se prépare au retard de sa menstruation et à effectuer un premier test de grossesse. Si le dispositif confirme la grossesse, une analyse de sang pourra être nécessaire pour se rassurer. Transformation du corps, observation des symptômes, rendez-vous pour les examens médicaux, mille et une questions tourbillonnent dans l’esprit de la jeune future maman. Tour d’horizon sur les principaux symptômes à surveiller et les différentes démarches à faire pendant les 2 semaines de grossesse (4 semaines d’aménorrhée).

2 semaines de grossesse : pour bébé

À la deuxième semaine de grossesse (4ème semaines d’aménorrhée), un minuscule être humain s’épanouit dans le ventre de sa maman. Né à partir de la cellule-œuf qui s’est formée 20 heures après la fécondation, ce futur embryon comporte déjà tous les gènes du futur adulte. Seulement 10 heures après l’union entre l’ovule et le spermatozoïde, une des milliers de divisions cellulaires s’opère, qui s’accompagne de l’acheminement de l’embryon vers l’utérus et de son implantation dans la paroi utérine autour du 7ème jour. Pour rappel, cet embryon mesure à peine 0,1 mm durant le processus de nidation. Pendant ce temps, le futur bébé puise en sa maman tous les éléments nutritifs dont il a besoin pour se développe. Un véritable lien qui unira le futur enfant à sa mère.

2 semaines de grossesse, 4 semaines d'aménorrhée
2 semaines de grossesse, 4 semaines d’aménorrhée

Côté biologie, après les premières divisions cellulaires, ce sont désormais 150 cellules qui composent l’embryon, reconnaissable dans le ventre de sa mère, sous sa forme de disque. C’est le stade où les cellules se différencient les unes des autres, et se spécialisent en fonction du rôle qu’elles joueront dans la formation des organes. Si l’endoderme (couche interne) se destine à la construction du système respiratoire et digestif, le mésoderme (couche intermédiaire), quant à lui, participera au développement des organes génitaux, des muscles, des os et des reins. Enfin, l’ectoderme ou la couche externe, servira pour la formation du système nerveux, du cerveau, des yeux et de la peau.

4 SA : pour la future maman

À ce stade de la grossesse (2 semaines de GS), le ventre de la future maman n’est pas encore visible. Cependant, dans le cas d’un cycle menstruel régulier, un retard des règles est suffisant pour alerter la maman sur une éventuelle grossesse. Une hypothèse qui sera très vite confirmée par un test de grossesse.

  • Un test de grossesse pour se rassurer. Disponibles sans ordonnance en comptoir de pharmacie, les tests urinaires s’appuient sur la présence de l’hormone gonadotrophine chorionique (hCG) dans les urines pour détecter la grossesse. En effet, la hCG est une hormone présente en quantité dans le sang 10 jours après la fécondation, et par la suite dans les urines quelques jours plus tard. Une fois la grossesse confirmée, le gynécologue pourra rassurer la future maman en procédant à une analyse de sang.
  • Des petites pertes de sang. Outre le retard des règles, la future maman peut aussi avoir de petites pertes de sang durant la 2ème semaine de grossesse. Légèrement différentes des règles habituelles, ces pertes surviennent généralement au moment de l’implantation de la cellule-œuf dans l’utérus. Il est facile de comprendre qu’il ne s’agit pas là de véritables règles, mais inutile de paniquer à ce stade. Ce saignement, même inhabituel, est tout à fait normal, car il traduit la période de nidation de l’embryon au sein de parois utérines. Seul donc un professionnel de santé pourra effectuer les examens pour se rassurer complètement.

Durant la deuxième semaine de GS, les pertes de sang inhabituelles peuvent aussi s’accompagner d’une constipation et d’une sensation de ballonnement, des symptômes qui peuvent survenir même à un stade précoce de la grossesse. Il faut savoir qu’à cette période, le corps féminin commence à se transformer, ce qui risque d’entraîner une fatigue voire des ballonnements inhabituels. Cependant, ces symptômes ne constituent pas, à eux seuls, un indice fiable pour confirmer la présence d’un bébé dans le ventre. Il est donc préférable de se fier uniquement au calendrier de son cycle menstruel.

Future maman

Quelles démarches à faire ?

Dans la majorité des cas, les premiers signes de la grossesse ne se manifestent pas encore en surface. En effet, mis à part le retard des règles et les quelques menus symptômes (qui n’en sont pas vraiment uns), aucun signe ne permet de confirmer les grands changements qui s’opèrent dans le corps de la femme. Quelle que soit la volonté du couple, il est indispensable de procéder à un test de grossesse qui pourrait révéler au grand jour la vérité sur ce qui se joue en la future maman. Ce premier test sera par la suite secondé par une prise de sang pour confirmer l’hypothèse.

Une fois les deux tests concluants, c’est peut-être le moment de commencer quelques changements bénéfiques pour la santé de bébé et celle de la future maman. Il faudra probablement commencer par l’arrêt de la consommation de tabac ou d’alcool, des habitudes qui nuiraient certainement au bon développement de l’embryon. Par ailleurs, il sera aussi temps de parler au médecin des traitements médicaux suivis par la future maman, des activités sportives qu’elle pratique… Cela permettra au professionnel de santé de mieux suivre l’évolution de la grossesse et de préconiser des améliorations en cas de problème. Enfin, si ce n’est déjà fait à la première semaine de grossesse (2 semaines d’aménorrhée), il est peut-être aussi temps de réfléchir à un prénom pour bébé et au choix de sa chambre.

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.