Jeune fille

Glaire cervicale

La glaire cervicale présente des caractéristiques qui évoluent en fonction des variations hormonales. Elle est caractérisée par une production cyclique, de la puberté à la ménopause, avec un aspect, une composition, une quantité et une qualité qui varient au cours du cycle menstruel. Ainsi, la glaire cervicale change de texture tout au long du cycle menstruel. Par ailleurs, elle joue un rôle important dans la protection de l’utérus et au niveau de la fécondité. Aussi, l’observation de ce mucus peut s’avérer utile pour la détermination de la période de fécondité et de non-fécondité au cours du cycle menstruel. Dans bien des cas, des anomalies peuvent affecter la glaire cervicale et rendre difficile la possibilité de tomber en enceinte.

Qu’est-ce que la glaire cervicale ?

Tout au long du cycle menstruel, les glandes endocervicales du col utérin (la partie basse et étroite de l’utérus qui mène au vagin) produisent du mucus cervical également appelé la glaire cervicale. Il s’agit d’une substance visqueuse constitué d’un réseau de filaments protéique et semblable à un filet ou formant une sorte de maille plus ou moins serrée selon la phase du cycle menstruel.

La sécrétion de la glaire cervicale est sous la dépendance des hormones, notamment les œstrogènes qui stimulent la production. Une autre hormone, en l’occurrence, la progestérone inhibe la production du mucus cervical. Ainsi, les changements hormonaux autour du cycle menstruel affectent la quantité, la consistance et la qualité (texture, apparence) du mucus cervical. Évoluant au fil du cycle menstruel, la glaire cervicale est épaisse au début du cycle et elle devient progressivement plus fluide et filante. Ainsi, la production de la glaire cervicale est caractérisée par des variations qui dépendent de la sécrétion des hormones (œstrogènes, progestérone).

Aussi, en fonction de la période du cycle, cette matière visqueuse s’écoule dans le vagin et est éliminée par des pertes vaginales, des pertes blanches ou  est évacuée au moment des menstrues en s’écoulant en dehors du vagin. Par ailleurs, elle évacue par le vagin tout ce qui est susceptible de nuire à l’appareil reproducteur féminin.

La glaire cervicale intervient dans le processus de fécondation avec une consistance et une structure évoluant pour permettre aux spermatozoïdes d’atteindre l’ovule en période de fertilité. Elle constitue, par ailleurs, une source d’énergie pour les spermatozoïdes. Au cours de la période d’infertilité, elle peut constituer un obstacle par les gamètes mâles au niveau du col de l’utérus. En tout état de cause, une glaire cervicale d’excellente qualité s’avère importante pour aboutir à la fécondation.

Femme ménopausée

Quelles sont les caractéristiques d’une glaire cervicale ? 

Les caractéristiques varient en fonction de la période du cycle menstruel, présentant des spécificités au cours de la période ovulatoire ou post ovulatoire. L’action des hormones induit également diverses modifications au niveau du mucus cervical.

Composition

Riche en nutriments, la glaire cervicale est constituée essentiellement de substances enzymatiques, de sucres, d’acides aminés. Elle est également composée de glycoprotéines, d’électrolytes et d’eau. Elle contient des ions : calcium (Na+), potassium (k+), magnésium (Mg+) cuivre (Cu+).

Quantité

Tout au long du cycle menstruel, la quantité du mucus cervical change. Quand le jour de l’ovulation approche, elle gagne en quantité. Au cours de la phase  folliculaire, notamment entre le 12ème et le 14ème jour du cycle, la quantité du mucus est abondante et peut atteindre 700 mg/j. Durant la deuxième partie du cycle menstruel (phase lutéale) la production chute à 60 mg/j. Les œstrogènes provoquent une quantité abondante de glaire cervicale tandis que les progestérones réduisent la quantité de ce liquide visqueux. Au cours de la grossesse, la production du mucus cervical est peu abondante.

Élasticité

L’élasticité est le pouvoir de rétraction de la glaire cervicale qui est capable de revenir à sa position initiale. Elle est maximale au cours de la phase ovulatoire, puis minimale lors de la phase post-ovulatoire.

Viscosité

La viscosité de la glaire cervicale est forte après l’ovulation, puis elle devient faible pendant la phase ovulatoire. La progestérone accroît la viscosité de la glaire cervicale. Ce sont des glycoprotéines particulièrement riches en sucre, (les mucines) qui sont responsables de la viscosité de la glaire cervicale. 

pH

Durant l’ovulation, le pH de la glaire cervicale est fortement alcalin, supérieur à 7. Ce pH est faible en début de cycle menstruel et est généralement acide pendant la période pré-ovulatoire et post-ovulatoire.

Filance

La filance  est la capacité du mucus  à s’étirer sans se rompre. Elle peut être évaluée à l’aide d’une pince à pansement ou des deux doigts. Il suffit pour ce faire, de prélever une goutte avec cette pince ou en introduisant les deux doigts dans le vagin, puis en procédant progressivement à l’écartement des mors ou des doigts. La filance qui la caractérise la glaire est maximale et supérieure à 10 centimètres au cours de la phase ovulatoire, puis elle varie entre 1 et 2 cm au cours de la phase pré-ovulatoire et post-ovulatoire.

Transparence

La transparence de la glaire cervicale est importante durant la phase ovulatoire, puis elle diminue au cours de la deuxième partie du cycle, elle devient alors faible voire opaque.

Maillage

Les glycoprotéines qui constituent des chaînes complexes organisées en un réseau irrégulier, forment un maillage qui évolue au cours du cycle menstruel.

Pendant la période ovulatoire, ce maillage est lâche. Les mailles sont alors caractérisées par une grande taille, permettant le passage des spermatozoïdes du vagin vers l’utérus, tout en arrêtant, cependant les gamètes masculins qui présentent une malformation. Avant et après la période d’ovulation, ce maillage est serré au niveau de l’entrée du col de l’utérus, empêchant, en grande partie, le passage des spermatozoïdes. Ainsi, au cours de cette période, les mailles de la trame de la glaire cervicale sont très petites.   

A quoi sert la glaire cervicale ?

La fonction de la glaire cervicale est essentiellement protectrice au niveau de l’utérus. En relation avec les spermatozoïdes, elle assure diverses fonctions qui facilitent le transport, la protection, le filtrage et confèrent plus de force aux gamètes mâles.

Au niveau de l’utérus

La glaire cervicale assure un rôle protecteur en déployant une activité bactériostatique et en s’opposant à l’ascension des germes. Ainsi, elle protège la cavité utérine contre les germes vaginaux et les agressions des bactéries. Par ailleurs, elle empêche l’entrée des micro-organismes dans l’utérus.

Au niveau des spermatozoïdes

  • La glaire cervicale facilite l’accès à l’utérus

En se fluidifiant au cours de l’ovulation, la glaire cervicale facilite l’accès des gamètes mâles à la cavité utérine. Ainsi, elle aide les spermatozoïdes à passer du col de l’utérus à la cavité utérine. De ce fait, elle assure le transport du sperme et facilite sa pénétration dans l’utérus pendant les jours fertiles.

  • Rôle de protection

L’environnement du vagin est acide. La glaire cervicale protège les spermatozoïdes contre l’acidité vaginale. Elle crée un environnement favorable pour le déplacement des spermatozoïdes, en neutralisant l’acidité vaginale, avec notamment l’alcalinité qui la caractérise au cours de l’ovulation.

  • Rôle de filtrage

En formant un maillage serré, la glaire cervicale joue le rôle d’un filtre qui   empêche le passage des spermatozoïdes mal formés, permet d’éliminer les spermatozoïdes faibles ou anormaux (spermatozoïdes à deux têtes),   sélectionne les spermatozoïdes caractérisés par plus de vivacité, de force et une morphologie normale.

  • Rôle de nutrition et de stockage

La glaire cervicale contient du sucre et bien d’autres substances qui permettent de nourrir les spermatozoïdes, contribuant ainsi à prolonger leur durée de vie. De ce fait, les gamètes mâles peuvent rester en vie et être mobiles durant deux à trois jours pour attendre que l’ovule apparaisse. Durant cette attente, les spermatozoïdes stockés sous une forme active, subissent un processus, en l’occurrence la capacitation qui leur permet d’acquérir un pouvoir fécondant accru.

En effet, le mucus cervical permet la capacitation des spermatozoïdes ; un processus qui s’effectue dans cette matière visqueuse et confère un pouvoir de pénétration du spermatozoïde dans l’ovule en vue de le féconder au niveau de la trompe de Fallope.

Aussi, l’eau contenue en quantité importante au cours de l’ovulation peut maintenir les spermatozoïdes en vie dans l’appareil reproducteur féminin pendant plusieurs jours, et les aider à se déplacer dans l’appareil reproducteur pour atteindre l’ovule.

  • La glaire cervicale constitue une source d’énergie

La glaire cervicale fournit plus de force et d’énergie aux spermatozoïdes. Cette énergie les aide à bouger et à effectuer le parcours qui leur permet d’aller jusqu’au niveau de l’ovule.

Jeune fille

Modification de la glaire cervicale pendant le cycle menstruel

La glaire cervicale est sujette à des modifications en termes de couleur, de quantité et de texture. Ainsi, la nature du mucus cervical change au cours du cycle menstruel. Ces modifications sont associées aux taux d’hormones et s’effectuent notamment sous l’action des œstrogènes et des progestérones.

En début de cycle

Juste après les menstrues, le col de l’utérus produit peu ou pas de glaire cervicale. Le mucus cervical est alors peu abondant, voire absent. Lorsque la glaire cervicale est peu présente au cours de cette période, elle est blanche et épaisse. Elle  est, par ailleurs, acide, avec un pH bas qui instaure un environnement défavorable à la fécondation, en empêchant le passage des spermatozoïdes et en protégeant le col de l’utérus contre les bactéries.

Durant la période pré-ovulation

A l’approche de l’ovulation, environ 2 à 3 jours avant l’ovulation, les œstrogènes stimulent la sécrétion de mucus cervical par les glandes endocervicales. La quantité de la glaire cervicale s’accroit peu à peu, devient plus humide avec une teneur en eau qui augmente. Le col de l’utérus produit un mucus épais et collant qui devient transparent, élastique, mince, filant et visqueux.  Il devient blanc avec un aspect plus translucide qui est comparable au blanc de l’œuf. Ainsi, la couleur, la texture et l’épaisseur de la glaire cervicale changent quelques jours avant l’ovulation pour faciliter l’entrée des spermatozoïdes dans le col de l’utérus.

Pendant la période ovulatoire

Pendant l’ovulation, le niveau d’œstrogènes s’accroit, avec pour effet une augmentation de la quantité du mucus cervical.  La glaire cervicale est alors plus abondante. Elle est  caractérisée par une texture similaire à celle d’un blanc cru. Nous pouvons alors étirer la glaire cervicale sans la rompre. Elle est fluide, transparente, collante, brillante et élastique. Cette élasticité permet aux gamètes mâles de se déplacer facilement dans le col de l’utérus. Les mailles s’élargissent et deviennent beaucoup plus lâches pour faciliter le passage des spermatozoïdes normaux à travers le col de l’utérus. Au cours de cette période, l’accroissement du pH qui intervient, compense l’acidité vaginale et favorise la survie des gamètes mâles.

Au cours de période post-ovulatoire

Après l’ovulation, durant la phase lutéale, avec l’influence de la progestérone survient un assèchement de la glaire cervicale. Nous pouvons, cependant constater une production du mucus cervical jusqu’à l’apparition des menstrues. Ainsi la production du mucus cervical diminue et la glaire cervical devient plus rare et épais, crémeux, pâteux avec un aspect qui peut être blanchâtre ou jaunâtre. La glaire cervicale post-ovulatoire n’est pas glissante. Elle est caractérisée par des mailles serrées qui empêchent le déplacement des spermatozoïdes.     

Rôles de la glaire cervicale pendant la grossesse 

Au cours du premier trimestre de la grossesse, nous pouvons observer une augmentation du mucus cervical qui s’accumule dans le canal cervical, s’épaissit et forme un bouchon muqueux à l’entrée du col de l’utérus. Ainsi, la glaire cervicale qui est opaque et très épaisse au cours la grossesse  assure un rôle protecteur. Elle protège :

  • l’utérus contre toute agression extérieure ;
  • le fœtus des bactéries et des infections du vagin.  

Le bouchon protecteur qui sert de barrière autour du col de l’utérus, se modifie et change de consistance vers la fin de la grossesse. Il se fluidifie et peut être expulsé ou peut se détacher petit à petit. Un écoulement épais, parfois mêlé de sang, peut alors apparaître lorsque le travail approche. Chez certaines femmes, la perte du bouchon survient quelques jours avant l’accouchement, chez d’autres, elle intervient quelques heures avant le travail.

Observation de la glaire cervicale pour détecter la période d’ovulation et de fertilité

Nous pouvons déterminer les moments les plus favorables pour la conception en observant les caractéristiques de la glaire cervicale. Cette observation peut également contribuer à la détection des signes de fertilité en vue de tenter d’éviter une grossesse.

En effet, en observant les changements qui surviennent au niveau du mucus cervical, nous pouvons commencer à prévoir les jours les plus fertiles du cycle menstruel. Avec les changements au niveau du mucus cervical en termes de quantité et de texture qui surviennent au cours du cycle menstruel, l’observation de la glaire cervicale peut s’avérer utile pour la conception. La glaire cervicale est susceptible de nous indiquer la période de fertilité par ses caractéristiques et ses profils.

La glaire cervicale collante

Immédiatement après les menstrues, il n’y a en général aucune sécrétion, avec une sensation de sécheresse sans glaire cervicale. La période fertile  n’est donc pas encore arrivée. Après cette période de sécheresse et d’infertilité d’une durée variable d’une femme à une autre et d’un cycle à un autre, nous pouvons commencer à observer un premier type de glaire cervicale. Le corps commence alors à produire du mucus collant et blanc pendant cette période infertile. Il s’agit d’un mucus non fertile au sein duquel les spermatozoïdes ont du mal à circuler. Ce début de sécrétion nous rapproche de la période fertile.

La glaire cervicale aqueuse/ liquide

En nous rapprochant davantage de l’ovulation, le mucus cervical devient plus liquide et transparent sous l’action des œstrogènes. Ce type de mucus est fertile et nous indique que l’ovulation approche. La femme est potentiellement fertile parce que la glaire cervicale facilite la pénétration des spermatozoïdes dans l’utérus et leur permet de conserver leur vitalité jusqu’à cinq jours.

La glaire cervicale « blanc d’œuf »

Le jour qui précède ou le jour même de l’ovulation, la consistance de la glaire cervicale change. Elle devient visqueuse et glissante avec une texture semblable à celle du blanc d’un œuf cru. La sécrétion de la glaire cervicale est abondante, filante transparente et extrêmement élastique, étirables et de couleur transparente et de couleur claire. Ce type de mucus constitue un environnement favorable pour les spermatozoïdes qui circulent très rapidement dans cette sécrétion. Ce type de mucus correspond à la période la plus fertile du cycle menstruel. Lorsque nous détectons cette glaire cervicale fertile, nous savons que c’est le meilleur moment pour avoir des relations sexuelles si nous voulons tomber enceintes. Ainsi, nous pouvons prédire le pic de fertilité sur la base des changements qui interviennent au niveau de glaire cervicale.

La glaire cervicale après l’ovulation

Après l’ovulation, la production de la glaire cervicale cesse pendant quelques jours avant la survenue d’une sécrétion de mucus cervical stérile et collant, de couleur blanchâtre ou jaunâtre. Ce type de mucus est caractérisé par une acidité un peu plus élevée qui réduit la mobilité des spermatozoïdes. 

Qu'est-ce que la glaire cervicale ?

La méthode d’observation de la glaire cervicale ou la méthode d’ovulation Billings

Élaborée par le médecin australien John Billings (1918-2007), la méthode d’ovulation Billings est un procédé d’observation de la glaire cervicale en vue de déterminer les périodes de fécondité. La glaire cervicale est donc utilisée pour déterminer les phases fertiles et infertiles du cycle menstruel. Cette méthode est donc basée sur les changements de la glaire cervicale pour connaître les jours au cours desquels la femme est fertile ou potentiellement fertile et à quel moment l’ovulation survient. Elle requiert donc au cours du cycle menstruel, une observation de la quantité et de l’aspect de la glaire cervicale pour connaître la période de fécondité ou d’infécondité. Cette observation nous permet également de constater que le mucus cervical devient plus abondant, transparent, élastique et glissant au moment de l’ovulation.

La période la plus fertile est ainsi prévisible. Cette méthode permet ainsi de prévenir le contact possible de l’ovule et du spermatozoïde en évitant les relations sexuelles pendant la période de fécondité lorsqu’une grossesse n’est pas désirée. La femme ou le couple qui n’est animé par le désir d’avoir un enfant optera pour des relations sexuelles en dehors des périodes fertiles. De ce fait, la méthode d’ovulation Billings constitue une méthode naturelle qui peut s’inscrire dans le cadre de la régulation naturelle des naissances. Elle permet de réguler la fertilité et constitue une aide en vue d’éviter ou de réaliser une grossesse.

La fiabilité de cette méthode peut être affectée par divers facteurs susceptibles de modifier les caractéristiques de la glaire cervicale, notamment les infections. L’efficacité peut être réduite. D’ailleurs, la méthode d’ovulation Billings n’est pas efficace à 100 %, selon l’OMS, son indice de Pearl (le nombre de grossesses observées pour 100 femmes utilisant une contraception donnée durant un an) est de 3 %. Autrement dit, en moyenne 3 femmes sur 100 utilisant cette méthode tombent enceintes dans l’année.

Quelles sont les anormalités de la glaire cervicale ?

Normalement, la glaire cervicale est présente au niveau du col de l’utérus et assure un rôle protecteur qui empêche la pénétration des bactéries. Puis, lors de l’ovulation, elle se distingue par une quantité suffisante et une excellente qualité qui facilitent le déplacement des spermatozoïdes à travers la cavité utérine et jusqu’au niveau de l’ovule. Lorsqu’une anomalie survient, elle peut entraver ce processus et peut empêcher les spermatozoïdes d’atteindre l’ovule ou rendre plus difficile leur pénétration dans l’ovule.

Ainsi, lorsque le mucus cervical est altéré, l’ascension des gamètes mâles au niveau du col de l’utérus devient difficile, voire impossible. Lorsqu’il est en quantité insuffisante, avec des caractéristiques anormales, il n’assure plus son rôle protecteur contre l’acidité vaginale.        

Une anomalie de la glaire cervicale peut donc rendre difficile  la survenue d’une grossesse ou dans bien des cas, peut provoquer une infertilité. Ainsi, une glaire cervicale anormale peut être caractérisée par :  

  • une production insuffisante consécutive à une anomalie des glandes après une chirurgie au niveau du col de l’utérus ;
  • une acidité particulièrement importante qui crée un environnement hostile, contribuant à la destruction des spermatozoïdes ;
  • la présence d’anticorps qui attaquent et tuent les spermatozoïdes avant qu’ils n’atteignent l’ovule. Ces anticorps anti-spermatozoïdes neutralisent les gamètes masculins et les empêchent de féconder l’ovule ; 
  • une infection gynécologique ou la présence d’agents infectieux qui ne permettent pas la survie des spermatozoïdes dans des conditions optimales.

Lorsqu’une anomalie de la glaire cervicale est soupçonnée comme étant la cause d’infertilité, le médecin peut nous recommander le test de Hühner ou test post-coïtal pour évaluer la qualité et la quantité du mucus cervical.   

Sources :

  • http://www.readytogroove.com/the-cycle/appendix-e-visualizing-cervical-fluid-changes/
  • https://www.verywellfamily.com/checking-cervical-mucus-to-get-pregnant-faster-1960279
  • https://www.mamanatural.com/cervical-mucus/
  • http://americanpregnancy.org/getting-pregnant/cervical-mucus/
  • https://www.plannedparenthood.org/learn/birth-control/fertility-awareness/whats-cervical-mucus-method-fams
  • https://www.babycenter.com/101_what-cervical-mucus-looks-like-through-your-cycle_10351429.bc
  • https://www.kindara.com/blog/the-many-faces-of-cervical-fluid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.