Ligature des trompes, tout savoir

La ligature des trompes est une procédure chirurgicale de stérilisation dans laquelle les trompes de Fallope sont sectionnées, bloquées ou scellées. Cette intervention empêche les ovules fécondées d’atteindre l’utérus en vue de leur implantation. Elle est considérée comme une méthode permanente de stérilisation et de contrôle des naissances.

Qu’est-ce que la ligature des trompes ?

La ligature des trompes empêche l’ovule de transiter à travers les trompes de Fallope et empêche les spermatozoïdes de remonter jusqu’à l’ovule. Elle n’affecte pas le cycle menstruel.

La procédure peut être pratiquée à tout moment, y compris après l’accouchement ou en association avec une autre intervention chirurgicale abdominale, telle que la césarienne. La plupart des procédures ne peuvent pas être inversées. Si une tentative d’inversion est tentée, elle nécessite une intervention chirurgicale importante et n’est pas toujours efficace.

Cette méthode contraceptive, appelée à tort tubectomie, est considérée comme une intervention chirurgicale majeure. Elle nécessite généralement une anesthésie locale, générale ou rachidienne. Il est conseillé aux femmes de ne pas subir cette opération si elles ont ou ont déjà eu des antécédents de cancer de la vessie.

Une fois l’anesthésie effective, le chirurgien fera une petite incision de chaque côté du nombril pour pouvoir accéder à chacune des deux trompes de Fallope. Dans la procédure traditionnelle, le chirurgien coupe les tubes, puis les lie, empêchant ainsi le transport des œufs dans l’utérus. D’autres méthodes incluent l’utilisation de pinces, de bagues, la séparation et la cautérisation. La ligature des trompes est généralement effectuée dans un bloc opératoire.

Quel est le but de la procédure ?

La ligature des trompes est l’une des procédures de stérilisation chirurgicale les plus couramment pratiquées chez les femmes. Elle empêche en permanence la grossesse et la patiente n’a plus besoin d’aucun type de contrôle des naissances. Cependant, elle ne protège pas contre les infections sexuellement transmissibles.

La méthode peut également réduire le risque de cancer de l’ovaire, en particulier si les trompes de Fallope sont retirées. Cette opération chirurgicale  ne convient cependant pas à tout le monde. Le médecin veillera à ce que la patiente comprenne parfaitement les risques et les avantages de la procédure.

Le médecin peut également évoquer d’autres options, notamment les contraceptifs réversibles à longue durée d’action, tels que le dispositif intra-utérin (DIU) ou les dispositifs de contrôle des naissances implantés dans le bras.

La ligature des trompes est une procédure de stérilisation chirurgicale

La ligature des trompes est une procédure de stérilisation chirurgicale

Quelle est son efficacité ?

Une ligature des trompes est efficace à environ 99% la première année suivant la procédure. Dans les années suivantes, l’efficacité peut être légèrement réduite, car les trompes de Fallope peuvent, dans certains cas, se reformer ou se reconnecter, ce qui peut provoquer une grossesse non désirée. L’échec de la méthode est difficile à détecter, contrairement à la vasectomie ou au dispositif intra-utérin (DIU).

Parmi ces échecs, 15 à 20% sont susceptibles d’être des grossesses extra-utérines. 84% de ces échecs surviennent un an ou plus après la stérilisation. Selon une étude, environ 5% des femmes qui ont eu une ligature des trompes sont susceptibles d’avoir une grossesse extra-utérine. Le temps semble être un facteur important, car le risque d’échec augmente avec le temps.

Il se produit une recanalisation ou la formation de fistules tubo-péritonéales, dont les ouvertures sont suffisamment larges pour permettre le passage du sperme, mais trop petites pour permettre à un ovule de passer à travers. On aboutit alors à une fécondation et une implantation dans le segment tubaire distal.

Deux études économiques suggèrent que la ligature bilatérale des trompes par laparoscopie pourrait être moins rentable que la procédure Essure, qui utilise un type de fibre spécial pour induire une réaction fibrotique bénigne.

Quelles sont les différentes approches ?

Les techniques suivantes peuvent être utilisées pour ligaturer les trompes :

  • la coagulation bipolaire: c’est la méthode laparoscopique la plus populaire. cette méthode utilise un courant électrique pour cautériser des sections de la trompe de Fallope.
  • la coagulation monopolaire: moins courante que la coagulation bipolaire, la coagulation monopolaire utilise un courant électrique pour cautériser le tube, mais permet également au courant irradiant de détériorer davantage les tubes lors de sa propagation à partir du site de coagulation. Beaucoup de cas impliquent une section des tubes après la procédure.
  • la fimbriectomie: en retirant la partie de la trompe de Fallope la plus proche de l’ovaire, la fimbriectomie élimine la capacité de la trompe de Fallope à capturer les œufs et à les transférer dans l’utérus.
  • la procédure d’Irving: cette procédure consiste à placer deux ligatures (sutures) autour de la trompe de Fallope et à retirer le segment de tube situé entre les ligatures. Pour terminer la procédure, les extrémités des trompes de Fallope sont connectées à l’arrière de l’utérus et au tissu conjonctif. Cette méthode a été inventée par le chirurgien-obstétricien américain Frederick Carpenter Irving (1883-1957) en 1924.
  • le clip tubal: la technique du clip tubal (clip de Filshie ou clip de Hulka) consiste à appliquer un clip permanent sur la trompe de Fallope. Une fois appliqué et fixé, le clip interdit le mouvement des œufs de l’ovaire vers l’utérus.
  • l’anneau tubaire: cette technique consiste à doubler le tube des trompes de Fallope et à leur appliquer un anneau en silastic.
  • la technique de Pomeroy: dans cette méthode, une boucle de la trompe est «étranglée» avec une suture. Habituellement, la boucle est sectionnée et les extrémités cautérisées ou «brûlées». Cette méthode a été développée par le gynécologue et chirurgien américain Ralph Hayward Pomeroy.

Quelles sont les options chirurgicales ?

En ce qui concerne les procédures de ligature des trompes, la patiente a le choix entre plusieurs options. Voici les différentes options chirurgicales :

La laparoscopie

La stérilisation par laparoscopie est l’une des deux méthodes les plus courantes de ligature des trompes. Elle est généralement pratiquée sous anesthésie générale. Au cours de cette procédure, une petite incision est pratiquée dans ou à proximité du nombril pour permettre à un laparoscope (petit instrument semblable à un télescope) de dépasser.

Du dioxyde de carbone est injecté afin d’élever la paroi abdominale, permettant ainsi au chirurgien de voir les trompes de Fallope. Le chirurgien peut insérer un autre dispositif à travers le laparoscope pour sceller les trompes. La procédure ne prend que 30 minutes et les cicatrices sont généralement minimes.

La mini-laparotomie

La mini-laparotomie est généralement pratiquée  juste après l’accouchement. Le chirurgien fait une petite incision juste en dessous du nombril. Étant donné que l’utérus est encore hypertrophié après la grossesse, les trompes de Fallope sont facilement accessibles. Elles sont extraites à travers l’incision, ligaturées, puis remises en place. L’incision est finalement suturée.

La laparotomie

Elle  est considérée comme une intervention chirurgicale majeure et n’est donc pas utilisée aussi fréquemment que la laparoscopie et la mini-laparotomie. Le chirurgien fera une incision plus grande (environ deux à cinq pouces de long) dans l’abdomen. Les trompes de Fallope seront ensuite tirées à travers l’incision, ligaturées et remises en place. L’incision est ensuite cousue.

La culdoscopie et la colpotomie

La culdoscopie et la colpotomie sont deux types d’incisions utilisées lors des approches de stérilisation. Ces deux techniques consistent à pratiquer de petites incisions dans la paroi vaginale et à ligaturer les trompes à travers ces ouvertures. Elles sont difficiles à réaliser, car la patiente doit être en position de lithotomie (les jambes dans des étriers). Elles étaient autrefois très populaires, mais étant donné qu’elles présentaient des risques plus élevés, elles ont été supplantées par la chirurgie laparoscopique. Le médecin peut choisir de faire une culdoscopie ou une colpotomie, si la patiente est obèse ou si elle a un utérus incliné.

Quelles sont les techniques non chirurgicales ?

Certaines procédures ne requièrent pas une chirurgie. Aucune incision n’est pratiquée avec les techniques suivantes.

Le système Essure

Il s’agit d’un dispositif qui agit en bloquant l’intérieur des trompes de Fallope. La Food and Drug Administration a approuvé ce petit implant métallique appelé « système Essure ». Il est placé dans les trompes de Fallope des femmes qui souhaitent être stérilisées de manière permanente. Contrairement aux autres procédures de stérilisation des trompes actuellement disponibles, la mise en place du dispositif ne nécessite, ni incision, ni anesthésie générale.

Au cours de la procédure Essure, le professionnel de la santé insère un dispositif d’obstruction dans chacune des deux trompes de Fallope au moment de l’hystéroscopie. Cela se fait avec un cathéter spécial qui est inséré à travers le vagin. Le dispositif agit en induisant la formation de tissu cicatriciel sur l’implant, bloquant la trompe de Fallope et en empêchant la fécondation de l’ovule par le sperme.

Le système Adiana

Un système similaire au dispositif Essure, connu sous le nom de système Asiana, est également disponible. Grâce à cette technologie, des implants en silicone sont introduits dans les trompes de Fallope par hystéroscopie. Ces implants induisent également la formation de tissu cicatriciel dans les tubes, empêchant ainsi le sperme d’atteindre l’ovule.

La ligature des trompes est-elle réversible ?

Les procédures de ligature des trompes sont permanentes et ne sont pas considérées comme une forme temporaire de contrôle des naissances. L’inversion est une microchirurgie destinée à réparer la trompe de Fallope après une procédure de ligature des trompes.

Habituellement, la procédure laisse deux segments : le segment tubaire proximal qui émerge de l’utérus et le segment tubaire distal qui se termine par la fimbria près de l’ovaire. La procédure qui relie ces parties séparées de la trompe de Fallope est appelée inversion des trompes ou anastomose microchirurgicale.

Dans un faible pourcentage des cas, une procédure de ligature des trompes ne laisse que la partie distale de la trompe de Fallope et aucune ouverture tubaire proximale dans l’utérus. Cela peut se produire lorsque la coagulation tubaire monopolaire a été appliquée sur le segment isthmique de la trompe de Fallope à sa sortie de l’utérus.

Dans cette situation, une nouvelle ouverture peut être créée sur le muscle utérin et le segment tubaire restant est inséré dans la cavité utérine. Cette procédure microchirurgicale est appelée implantation tubaire ou implantation utérotubale.

La fécondation in vitro peut permettre de surmonter des problèmes de fertilité chez des patients non éligibles à une inversion des trompes.

Quels sont les risques ?

La ligature des trompes est une opération qui consiste à faire des incisions dans l’abdomen. Cela nécessite une anesthésie. Les risques associés à l’opération incluent:

  • des dommages à l’intestin, à la vessie ou aux principaux vaisseaux sanguins
  • une réaction allergique à l’anesthésie
  • une cicatrisation incorrecte ou une infection de la plaie
  • des douleurs pelviennes ou abdominales persistante
  • un échec de la procédure, entraînant une future grossesse non désirée

Comme pour toute intervention chirurgicale, il existe toujours un risque lorsqu’une personne subit une anesthésie générale. La chirurgie, elle-même, peut présenter des problèmes de saignement, d’infection ou de lésion des organes environnants. Cependant, la ligature des trompes est considérée comme une procédure très sûre et les complications sont rares.

Les choses qui rendent une personne plus susceptible d’avoir des complications comprennent des antécédents de chirurgie abdominale ou pelvienne, l’obésité, une chirurgie abdominale antérieure, la maladie inflammatoire pelvienne, les maladies pulmonaires et le diabète.

La ligature des trompes est une opération et nécessite souvent une anesthésie générale

La ligature des trompes est une opération et nécessite souvent une anesthésie générale

Quels sont les avantages de la procédure ?

Elle est permanente. Bien qu’il existe d’autres formes contraceptives durables, telles que les implants (qui durent 3 ans) et les DIU (qui durent entre 3 et 10 ans), la stérilisation des trompes est la seule qui soit permanente.

Ça marche! On peut oublier de prendre une pilule contraceptive, mais une fois qu’on a ses trompes ligaturées, il n’y a plus de risque d’erreur humaine. C’est l’une des formes les plus efficaces de contrôle des naissances disponible, en dehors du fait de ne pas avoir de relations sexuelles. Cette méthode contraceptive  a un faible taux de grossesse accidentelle. Moins de 5 femmes sur 1 000 tombent enceintes la première année et seules 2 femmes sur 100 tomberont enceintes sur 10 ans.

Elle n’affecte pas les hormones. Contrairement aux méthodes de contrôle des naissances telles que la pilule et les injections, la ligature des trompes ne modifie pas les niveaux d’œstrogène et de progestérone qui circulent dans le corps. La patiente aura toujours ses règles et cela n’affectera, ni son humeur, ni sa libido.

Les inconvénients

Cela dure pour toujours. C’’est une méthode à considérer uniquement si on est sûr à 100% de ne pas vouloir tomber enceinte à nouveau. Ceci est particulièrement vrai pour les femmes de moins de 30 ans, qui présentent le taux de regret le plus élevé après une intervention chirurgicale, explique Eve Espey, professeure d’obstétrique et de gynécologie à l’Université du Nouveau-Mexique.

Elle est très coûteuse à inverser. La patiente peut changer d’avis plus tard, mais le taux de réussite de l’inversion dépend de l’âge et de la quantité de tube qui reste après la chirurgie initiale. L’assurance couvre rarement les coûts et la fécondation in vitro reste parfois la seule option, une option qui coûte également plusieurs milliers d’euros par tentative.

Il y a des risques. Bien que la ligature des trompes soit une procédure sûre et que les complications soient extrêmement rares, le risque n’est pas nul. Le plus souvent, il s’agit d’une blessure accidentelle à l’intestin, à la vessie ou aux artères.

Il y a toujours un petit risque de tomber enceinte. Si cela se produit, il y a de grandes chances que ce soit une grossesse extra-utérine, c’est-à-dire que l’ovule fécondé s’implantera ailleurs que dans l’utérus. Une grossesse extra-utérine peut mettre la vie en danger.

Une des choses que la ligature des trompes ne peut pas faire est de protéger des MST, y compris du VIH. Sauf si elle est dans une relation monogame et que les deux partenaires ont été dépistés, la patiente devra se protéger chaque fois qu’elle aura des relations sexuelles. Une méthode barrière, telle que le préservatif, est conseillée.

La ligature de trompe ne protège pas des MST au contraire d'un préservatif

La ligature de trompe ne protège pas des MST, au contraire d’un préservatif

Que se passe-t-il après une ligature des trompes ?

Après l’opération, la patiente est conduite dans une salle de réveil en attendant que les effets de l’anesthésie s’estompent. L’intraveineuse est retirée une fois qu’elle peut boire des liquides. Elle pourra rentrer chez elle au bout de quelques heures.

Elle pourra reprendre progressivement son régime alimentaire normal. Un certain inconfort est normal. Il faudra demander au chirurgien quels médicaments prendre pour soulager la douleur. Il est possible d’avoir mal à l’épaule pendant quelques jours. Cela provient du gaz qui a été pompé dans le ventre durant l’opération. Le fait de s’allonger pendant un moment soulage très souvent cette douleur.

Il faudra garder les zones d’incision sèches pendant quelques jours. Il faudra suivre les instructions du chirurgien concernant le bain et les vêtements. Il est possible que le chirurgien demande à la patiente de revenir pour faire enlever les points de suture. Un strict respect des rendez-vous est indispensable.

Il faudra reprendre progressivement ses activités quotidiennes. La patiente devra éviter de soulever des objets lourds pendant quelques semaines. Il est conseillé de demander au chirurgien quand on pourra reprendre des activités spécifiques. Elle pourra reprendre une activité sexuelle dans environ une semaine.

Il faudra signaler au médecin toute augmentation de la douleur ou une douleur qui n’est pas soulagée par des médicaments, de même que tout écoulement purulent, saignement, rougeur ou gonflement. Cette même précaution devra être observée en cas de fièvre, de vomissement ou de nausée, d’étourdissements ou d’évanouissements.

Comment se préparer pour une ligature des trompes ?

Dans les jours précédant l’opération, il faudra informer le chirurgien des médicaments qu’on prend. Cela comprend les suppléments à base de plantes et les médicaments en vente libre. Il faudra peut-être arrêter de prendre de l’aspirine ou d’autres médicaments qui fluidifient le sang.

Il faudra indiquer au chirurgien si le patient ou un membre de sa famille a déjà eu une réaction à une anesthésie générale ou locale. Si le patient fume, on peut lui demander de cesser de fumer avant l’opération.

Le jour et la nuit précédant l’opération, il peut lui être demandé de cesser de manger et de boire. Pour une anesthésie générale, il pourra lui être demandé de ne rien manger ni boire après minuit. Il faudra aussi porter des vêtements amples et confortables le jour de l’opération pour pouvoir s’habiller plus facilement par la suite.

Il est conseillé au patient de demander à quelqu’un de le raccompagner à la maison et de rester avec lui au début de la période de rétablissement.

La procédure est-elle sûre ?

Cette technique de stérilisation est généralement sûre, mais il existe certains risques. Un risque très rare est la reconnexion des tubes. Avec la technique Essure, il est possible que les inserts glissent ou soient mal placés. Si cela se produit, une seconde procédure est nécessaire ou une autre méthode de contrôle des naissances peut devoir être choisie.

De plus, chez les femmes qui tombent enceintes après une stérilisation des trompes, une grossesse sur trois se développera dans la trompe de Fallope (grossesse extra-utérine). Cela pourrait mettre la vie de la patiente en danger. Il faudra donc consulter un professionnel de la santé immédiatement.

Si le médecin n’est pas disponible, il faudra se rendre aux urgences. Certains signes de grossesse extra-utérine comprennent une faiblesse soudaine ou un évanouissement, une douleur au sommet de l’épaule ou de l’abdomen et/ou des saignements irréguliers du vagin.

A quels résultats peut-on s’attendre ?

Après une ligature des trompes, la plupart des femmes récupèrent sans aucun problème. Au cours des 3 premiers mois suivant la procédure Essure ou Adiana, la patiente doit utiliser une autre forme de contrôle des naissances. Après 3 mois, la patiente doit subir une opération de radiographie finale (hystérosalpingographie) pour confirmer que les trompes de Fallope sont complètement bouchées, preuve que l’intervention a réussi.

Quelles sont les contre-indications à cette procédure ?

L’approche laparoscopique est contre-indiquée chez les patients présentant une hernie diaphragmatique . Elle est également contre-indiquée chez les patients présentant une maladie ou un dysfonctionnement cardiopulmonaire grave. Le pneumopéritoine peut comprimer la veine cave, ainsi que le système azygone et diminuer le retour cardiaque, entraînant une décompensation cardiaque.

Une attention particulière doit être accordée aux patients obèses, qui constituent un pourcentage de plus en plus important de la population. L’obésité morbide et/ou des antécédents de chirurgies abdominales multiples avec formation d’adhérences peuvent constituer une entrave en cas de ligature des trompes.

Sources :

Sterilization for Women (Tubal Ligation)

https://www.healthline.com/health/pregnancy/tubal-ligation#pregnancy-symptoms

https://www.emedicinehealth.com/tubal_sterilization/article_em.htm#what_are_alternatives_to_tubal_ligation

https://www.healthlinkbc.ca/health-topics/hw7305

https://myhealth.alberta.ca/Health/pages/conditions.aspx?hwid=hw7305

https://emedicine.medscape.com/article/266799-overview#a10

https://www.verywellhealth.com/is-tubal-ligation-a-safe-procedure-3522620

https://www.mayoclinic.org/tests-procedures/tubal-ligation/about/pac-20388360

https://medlineplus.gov/tuballigation.html

https://www.webmd.com/sex/birth-control/features/should-i-get-my-tubes-tied#1v

https://www.hopkinsmedicine.org/healthlibrary/test_procedures/gynecology/tubal_ligation_135,27

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.