Inconfort des règles abondantes

Quelles solutions pour limiter les règles abondantes ?

Une grande partie des femmes qui se rendent chez le gynécologue le font en raison d’un problème de ménorragie ou de saignement menstruel excessif. En plus d’être un trouble de la qualité de vie, la ménorragie est la première cause d’anémie dans les pays occidentaux. Des traitements peuvent aider à réduire les règles abondantes et éviter des complications.

Comment savoir si vous souffrez de règles abondantes ?

La ménorragie est définie comme un saignement utérin excessif qui se produit au cours de plusieurs cycles consécutifs chez une femme en âge de procréer. Il est difficile de détecter ce problème, car l’excès de saignement est un fait subjectif. Parfois, des femmes vont chez le gynéco en pensant qu’elles souffrent de règles abondantes, alors que ce n’est pas le cas.

Inconfort des règles abondantes
Médicalement parlant, il y a saignements menstruels abondants lorsque le flux total de sang est supérieur à 80 ml par cycle. Vous souffrez sûrement d’une hyperménorrhée si vous devez changer de tampon hygiénique toutes les 2 heures ou si vos saignements durent plus de 7 jours.

Cette maladie touche généralement des femmes dont l’âge se situe entre 35 et 49 ans. Lorsqu’une femme soupçonne qu’elle souffre de ménorragie, le gynécologue doit en déterminer la cause.

Quelle est la cause des règles abondantes ?

Des saignements menstruels abondants peuvent être causés par divers problèmes physiques sous-jacents. L’une des principales causes de la ménorragie est liée aux hormones.

Causes hormonales

Les hormones sont les grands conducteurs du cycle menstruel. Les hormones féminines œstrogènes et progestérone aident à préparer le corps d’une femme à une éventuelle grossesse en épaississant la muqueuse utérine, appelée endomètre. Si l’ovule libéré n’est pas fécondé, les niveaux d’hormones diminueront et le corps perdra l’endomètre. Cela produit un saignement connu sous le nom de règles menstruelles.

Les changements dans les niveaux d’hormones (en particulier pour les adolescentes), l’approche de la ménopause et l’utilisation de certains types de contraception peuvent tous déclencher des saignements anormaux.

Un dysfonctionnement ovarien peut être à la base de la maladie. Si votre ovaire ne forme pas d’œuf (ovulation) pendant le cycle menstruel, votre organisme ne produira pas suffisamment de progestérone. Cela entraînera un déséquilibre hormonal qui peut conduire à une ménorragie.

Les règles abondantes sont un effet secondaire bien connu des contraceptifs intra-utérins non hormonaux. Le cancer de l’utérus et le cancer du col utérin peuvent provoquer une ménorragie, en particulier si vous êtes ménopausée ou si vous êtes infectée par le virus du papillome humain.

Polypes utérins

Les polypes sont de petites excroissances bénignes de la muqueuse de l’utérus. Ils peuvent provoquer une ménorragie grave ou prolongée. L’adénomyose est une maladie qui se produit lorsque les glandes de l’endomètre s’intègrent dans les muscles utérins. Cela provoque très souvent des hémorragies graves et des menstruations douloureuses.

Fibromes utérins

Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes de l’utérus qui apparaissent pendant la période de procréation d’une femme. Ils peuvent entraîner des saignements menstruels abondants ou prolongés.

Les difficultés de coagulation sanguine peuvent être une autre cause de saignements menstruels abondants. Si le corps a du mal à former des caillots, des saignements menstruels abondants peuvent en résulter.

Cette maladie peut être due à un cycle régule la croissance de la membrane utérine dans un cycle menstruel normal. En cas de déséquilibre hormonal, l’endomètre se développe excessivement et finit par disparaître en raison de saignements menstruels sévères. Un déséquilibre hormonal peut provoquer des problèmes thyroïdiens, la résistance à l’insuline, le syndrome des ovaires polykystiques et l’obésité.

Certains troubles hémorragiques héréditaires peuvent entraîner des règles abondantes. C’est le cas de la maladie de Von Willebrand, un mal dans lequel des facteurs de coagulation importants sont déficients ou altérés. La maladie peut causer des hémorragies abondantes durant les règles.

Certains médicaments, y compris les médicaments hormonaux, comme les œstrogènes et les progestatifs, ainsi que les anti-inflammatoires et les anticoagulants peuvent entraîner des règles abondantes.

En outre, une activité peu fréquente de la glande thyroïde et certaines maladies du foie et des reins peuvent être des causes fréquentes de menstruations sévères et excessives.

Traitements médicamenteux des règles abondantes

Les médicaments utilisés pour réduire, voire stopper les règles abondantes comprennent :

  • anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS);
  • acide tranexamique;
  • contraceptifs oraux;
  • progestérone par voie orale;
  • dispositif intra-utérin hormonal (DIU hormonal);
  • antagonistes de l’hormone de libération des gonadotrophines hypophysaires;
  • danazol

Anti-inflammatoires non stéroïdiens

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, tels que le naproxène sodique et l’ibuprofène peuvent aider à réduire les règles abondantes. Ces médicaments soulagent également la dysménorrhée.

Antagonistes de l’hormone de libération des gonadotrophines hypophysaires

Les antagonistes de l’hormone de libération des gonadotrophines hypophysaires sont utilisés à court terme, en raison de leurs coûts élevés et des effets indésirables graves qu’ils peuvent induire. Ils sont très efficaces pour réduire le flux sanguin menstruel. Ils inhibent la libération hypophysaire de FSH et de LH, entraînant un hypogonadisme. Une utilisation prolongée entraîne une déminéralisation osseuse et une réduction des lipoprotéines de haute densité (HDL).

DIU hormonal

Le dispositif intra-utérin hormonal diffuse un progestatif qui amincit la muqueuse de l’utérus et réduit les règles abondantes et les crampes menstruelles. Le système intra-utérin au lévonorgestrel réduit jusqu’à 97% les pertes sanguines menstruelles.

Danazol

Le danazol est en concurrence avec les androgènes et la progestérone au niveau des récepteurs. Il provoque une aménorrhée en 4 à 6 semaines. Ses effets androgènes provoquent de l’acné, une diminution de la taille des seins et, rarement, une voix plus grave.

Acide tranexamique

L’acide tranexamique peut efficacement réduire les saignements. Il ne doit toutefois être pris que pendant les saignements. En plus de prévenir la grossesse, les pilules contraceptives aident à normaliser le cycle menstruel. Elles réduisent également les épisodes hémorragiques. La progestérone prise par voie orale aide à rééquilibrer les hormones.

Traitement chirurgical des règles abondantes

On peut recourir à la chirurgie si les traitements médicamenteux ne parviennent pas à atténuer les symptômes.

chirurgie
La chirurgie est la norme de traitement des règles abondantes due à des causes organiques comme les fibromes.

Les options chirurgicales incluent :

  • ablation de l’endomètre;
  • embolisation de l’artère utérine;
  • hystérectomie;
  • chirurgie par ultrasons;
  • myomectomie;
  • résection de l’endomètre;
  • curetage.

Hystérectomie

L’hystérectomie est le traitement le plus efficace de la ménorragie, mais l’ablation de l’utérus peut entraîner des effets indésirables graves et peut ne pas être une option acceptable pour les femmes en âge de procréer.

Résection ou ablation de l’endomètre

L’ablation de l’endomètre, réalisée à l’aide de diverses techniques qui détruisent l’endomètre, a gagné du terrain en tant qu’option moins invasive qui préserve l’utérus. La résection de l’endomètre, qui utilise une boucle métallique pour retirer la muqueuse de l’utérus, est une autre méthode populaire. Cependant, l’ablation et la résection de l’endomètre peuvent toutes deux entraîner des problèmes de fertilité.

Les techniques de résection et d’ablation de l’endomètre les plus efficaces sont l’ablation thermique au laser, la résection transcervicale et l’ablation par bille roulante. Toutes ces techniques nécessitent une visualisation de l’utérus avec un hystéroscope. Elles nécessitent, toutes, un chirurgien qualifié.

De nouvelles techniques d’ablation telles que la radiofréquence bipolaire, l’ablation par micro-ondes et l’ablation par ballonnet thermique sont en phase de développement. Certaines de ces techniques nouvelles nécessitent encore l’utilisation d’un hystéroscope.

Le curetage, une solution pour limiter les règles abondantes ?

Le curetage doit être utilisé à des fins de diagnostic. Il ne faut pas l’employer comme méthode de traitement, car il n’apporte qu’un soulagement à court terme, généralement 1 à 2 mois. Cette procédure s’utilise en conjonction avec l’hystéroscopie pour évaluer la cavité endométriale. Le curetage est une contre-indication chez les patients présentant une infection pelvienne connue ou suspectée. Les risques incluent la perforation utérine, l’infection et le syndrome d’Asherman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.