Saignement pendant l’ovulation, faut-il s’inquiéter ?

Le saignement pendant l’ovulation touche 5 % des femmes dans le monde. Chez ces personnes, il s’agit d’un phénomène normal qui n’a rien d’inquiétant. Ce type de saignement se caractérise par des traces de sang ou un léger écoulement sanguin qui dure un à deux jours, rarement plus. Cela dit, pour la majorité des femmes, l’ovulation se déroule en toute discrétion, si bien que saigner brutalement, abondamment et/ou durablement au milieu d’un cycle menstruel peut être une alerte qu’il vaut mieux prendre au sérieux. Dans les lignes qui suivent, nous nous attèlerons à présenter et à expliquer le phénomène normal du saignement pendant l’ovulation, avant de nous pencher sur les cas problématiques qui nécessitent un suivi et une prise en charge médicale.

Phénomène normal du saignement pendant l’ovulation

Ovulation et saignement, danger ou nonChez la femme et la fille ayant atteint l’âge de la puberté, les saignements arrivent normalement à l’absence de fécondation et de grossesse à la fin des cycles menstruels, et portent le nom de menstrues, menstruations ou règles. Mais, en dehors de ces écoulements sanguins normaux, se produisent des saignements entre les cycles. Ce phénomène, qui touche de plus en plus de femmes, n’est pas préoccupant pour certaines d’entre elles.

Présentation

Lorsqu’il est normal, le saignement qui survient pendant l’ovulation, donc au milieu du cycle menstruel, est très léger. Cet écoulement spécial, généralement de couleur rose, peut quelquefois prendre la teinte rouge caractéristique des règles. Il peut s’étendre sur un ou deux jours mais ne dure pas plus longtemps dans la majorité des cas. Il atteint rarement trois à cinq jours. Une légère douleur survenant sur un seul côté du bas-ventre peut accompagner ce saignement non alarmant. Les spécialistes indiquent qu’il s’agit du côté de l’ovaire qui a libéré l’ovocyte pour le cycle concerné.

Principaux facteurs et causes d’un saignement pendant l’ovulation

Plusieurs facteurs et causes peuvent expliquer le phénomène normal du saignement pendant l’ovulation. La liste indicative suivante est loin d’être exhaustive.

  • Phénomène physiologique de l’ovulation, un facteur insoupçonné de saignement

En l’approche de l’ovulation, la hausse de la tension du liquide follicule ovarien occasionne  la rupture du follicule et permet la libération d’un ovocyte. Lorsqu’elle s’avère brutale, cette rupture folliculaire peut provoquer celle d’un petit vaisseau sanguin à la base des traces de sang ou d’un écoulement sanguin léger sans gravité.

  • Origine hormonale

Pendant l’ovulation, les hormones induisent la production de plus d’une quinzaine voire d’une vingtaine de follicules. Pendant la maturation des follicules dont un seul mûrit, il peut y avoir saignement.

Par ailleurs, une surproduction d’œstrogène peut occasionner l’élimination d’une petite partie de l’endomètre, avec pour conséquence, un léger saignement pendant l’ovulation.

  • Atrophie de la muqueuse de l’endomètre

Une femme mise sous pilule pendant de longs mois ou des années peut être victime d’atrophie de la muqueuse de l’endomètre. Cette situation est une cause de saignement récurrent pendant l’ovulation. La régénération de la muqueuse endommagée est possible grâce à l’administration d’une pilule œstrogénique.

  • Irritation du vagin ou du col de l’utérus

Un frottis cervical, un toucher vaginal ou un rapport sexuel énergique (avec lubrification naturelle inappropriée) peut irriter le col de l’utérus ou le vagin. La petite plaie ainsi occasionnée est souvent à l’origine d’un saignement entre les cycles. Ce type de saignement est passager et s’arrête spontanément.

  • Oubli de pilule

Un oubli de plus de 24 h de la prise d’une pilule progestative peut occasionner un saignement en dehors des règles. Le risque de grossesse non désirée est élevé à moins de recourir à des contraceptives d’appoint.

Quand faut-il s’inquiéter et consulter un médecin ?

Perdue dans ses penséesUn saignement d’apparition brutale, abondant et/ou persistant qui intervient pendant l’ovulation et s’accompagne même de douleurs intenses doit préoccuper car il s’avère anormal et peut cacher un trouble important, un dysfonctionnement de l’organisme ou une maladie plus ou moins grave. En pareille situation, il faut consulter un médecin sans attendre. Rigoureusement formé pour faire face à ce type de situations, ce professionnel de santé est plus habileté que quiconque à conduire un processus diagnostique méticuleux visant à établir, avec précision, la cause du mal.

Des analyses et des examens médicaux peuvent être prescrits. Cela dit, les causes des saignements anormaux pendant l’ovulation sont légion. Il peut s’agir de perturbation hormonale, de polype, de fibrome, d’infection comme l’endométrite, de kyste, de grossesse extra-utérine et même de cancer. Dans tous les cas, il importe de ne pas s’inquiéter outre mesure. En général, le problème est vite réglé lorsque la femme concernée suit scrupuleusement les conseils du médecin qui la prend en charge.

Cas anormaux ou pathologiques des saignement pendant l’ovulation

Perturbation hormonale ou mauvaise ovulation chez les très jeunes filles

Femme inquièteChez les fillettes en puberté âgées de moins de 14 ans, un mauvais fonctionnement du cycle hormonal peut être à l’origine des saignements abondants, douloureux et espacés survenant au cours de l’ovulation. Loin d’être marginale, cette cause liée à un déséquilibre des hormones sexuelles (progestérone et œstrogène) est déterminée dans 70 % des cas. En général, la sécrétion d’œstrogène pendant la première moitié du cycle menstruel se déroule bien. Mais la mauvaise qualité de l’ovulation occasionne une véritable perturbation dans le seconde moitié du cycle.

Que se passe-t-il concrètement ? La progestérone qui devra être essentiellement produite au cours de la seconde moitié du cycle, s’avère insuffisante ou est littéralement absente. Un tel dysfonctionnement déclenche des saignements abondants périodiques espacés de 30 ou 60 jours. Souvent, ces saignements sans sans évolution grave et disparaissent spontanément. Quelquefois, leur abondance occasionnent un déficit en fer, lui-même cause d’anémie accompagnée de vertiges et de malaises. La situation peut se compliquer dans de rares cas.

Pour ne pas masquer d’autres anomalies hormonales, les médecins évitent de prescrire la pilule et optent pour la détection de la qualité de l’ovulation grâce à une prise de sang régulière et un bilan avec courbe de température. Pour corriger le déséquilibre, certains spécialistes prescrivent de la progestérone une dizaine de jours ; les saignements diminuent ou cessent du fait du rétablissement des cycles.

Polype utérin

Un polype utérin est une excroissance localisée dans l’utérus. Il peut induire une ménorragie, un saignement abondant et persistant ou être à l’origine d’une métrorragie, saignement intervenant en dehors des règles. Le médecin peut prescrire une échographie afin de détecter un polype. En cas de doute, il peut demander une hystéroscopie pour confirmer son diagnostic. Par cet examen, la cavité utérine est visualisée grâce à un tube équipé d’un dispositif optique.

Fibrome utérin

Un fibrome est une excroissance de fibres musculaires qui peut prendre forme dans l’utérus, sans pour autant provoquer une douleur caractéristique. Généralement, c’est au cours du bilan annuel qu’un gynécologue le découvre. Très fréquents, les fibromes utérins sont respectés (laissés en place, non traités) lorsqu’ils ne sont à l’origine d’hémorragies. Toutefois, il arrive qu’un fibrome utérin cause un abondant et douloureux saignement pendant l’ovulation accompagné même de caillots de sang. En pareil cas l’ablation est solution idoine lorsque l’âge de la femme atteinte le permet.

Endométrite

L’endométrite est une infection qui se traduit par l’inflammation de la paroi tapissant la cavité utérine. Elle se manifeste par des saignements survenant en dehors des règles, des pertes vaginales et des douleurs intenses dans le bas-ventre.

Kyste à l’ovaire et dysfonctionnement ovarien

Jeune femme au naturelFréquent chez les femmes, le kyste fonctionnel, généralement mis en évidence par une échographie provoque des douleurs sur un côté du bas-ventre et des saignements en plein milieu de cycle, pendant l’ovulation. Ce mal qui peut arriver un jour ou l’autre chez la femme est causé par une forte stimulation ovarienne. On craint le grossissement du kyste fonctionnel du fait de l’excitation hormonale des ovaires au cours des cycles naturels. Pour remédier à cette situation, les spécialistes prescrivent une pilule contraceptive qui a l’avantage de mettre les ovaires au repos afin qu’ils puissent se débarrasser aisément du kyste.

Le dysfonctionnement des ovaires peut se produire quelques années avant la ménopause. Il se traduit par un épaississement de l’endomètre, la muqueuse tapissant l’intérieur de l’utérus avec pour conséquence des fragments rejetés et des saignements conséquents.

Maladies de coagulation sanguine

Des saignements abondants et survenant en dehors des règles sont parfois dus aux troubles des facteurs de la la coagulation du sang.

Traumatisme

Une chute, un viol, une relation sexuelle violente peut entraîner un abondant saignement pendant l’ovulation. En pareille situation, le lien est vite établi par le médecin.

Cervicite

Une cervicite est une infection du col de l’utérus qui provoque des saignements consécutives ou non aux rapports sexuels. Mais en général, cette infection en cache une autre, à savoir l’infection sexuellement transmissible.

Présence d’un intrus, d’un corps étranger

Des corps étrangers peuvent aussi être à la base d’un saignement pendant l’ovulation. Chez la femme adulte, le dispositif  contraceptif dénommé stérilet peut être mis en cause alors que chez la fillette, des intrus tels que des gommes ou des objets de jeu peuvent induire des hémorragies en dehors des règles.

Dysplasie cervicale

Sur le col de l’utérus, des cellules anormales peuvent se développer voire proliférer. En soi, ces cellules atypiques qui provoquent des saignements ne sont pas dangereuses. Mais elles peuvent muer en cellules cancérigènes. C’est pourquoi, leur détection précoce est préconisée et leur surveillance est de mise.

Cancers de l’utérus, du col de l’utérus ou du vagin

Ces cancers peuvent occasionner des saignements inter-menstruels. Il importe donc de consulter rapidement un médecin en vue d’un diagnostic précoce et d’un traitement approprié qui en général, débouche sur la guérison.

Complication d’une grossesse, ou grossesse extra-utérine

Un avortement spontané ou une grossesse qui se développe en dehors de la cavité utérine peut aussi engendrer un saignement pendant l’ovulation.

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.