Spermogramme

Le spermogramme est un outil de diagnostic de l’infertilité masculine. Il s’agit d’une analyse biologique qui permet d’effectuer un examen du sperme en vue de déterminer la capacité à concevoir chez l’homme. Lorsque, en tant que partenaire masculin, nous avons essayé d’avoir un enfant, mais en vain après plusieurs rapports sexuels non protégés pendant plus d’un an, le médecin peut nous recommander un spermogramme. Cette exploration de la fertilité masculine s’avère nécessaire pour évaluer la capacité du sperme à féconder un ovule, mais également pour détecter certaines anomalies telles que l’azoospermie, l’oligospermie, etc. Les résultats du spermogramme aideront le médecin à diagnostiquer des problèmes de fertilité, à déterminer la cause sous-jacente de l’incapacité de concevoir et à prescrire un traitement efficace.

Qu’est-ce qu’un spermogramme ?

Un spermogramme est un examen de biologie médicale qui permet de tester la fertilité masculine. Il permet d’évaluer l’aptitude à concevoir chez l’homme et de déceler certaines pathologies à travers une analyse du sperme. Il va, alors consister à effectuer une analyse du sperme en vue d’évaluer certaines caractéristiques de la semence masculine et des spermatozoïdes qu’elle contient. Pour ce faire, un échantillon de sperme est recueilli et analysé.

Ainsi, un spermogramme est donc un examen médical qui consiste à analyser un échantillon de sperme au niveau quantitatif et qualitatif en vue de relever des insuffisances quantitatives et qualitatives de ce liquide produit lors de l’éjaculation.

Cet éjaculat contenant des spermatozoïdes, est alors évalué. De ce fait, le spermogramme intègre une analyse des spermatozoïdes (mobilité, forme, quantité…).

Le spermogramme va permettre d’effectuer :

  • une évaluation morphologique des spermatozoïdes,
  • une analyse macroscopique de l’éjaculat (aspect, volume, pH, temps de liquéfaction, viscosité),
  • une analyse microscopique de l’éjaculat (concentration, mobilité et viabilité ou le pourcentage de spermatozoïdes vivants dans l’échantillon de sperme).

Le spermogramme est réalisé conformément aux normes établies par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui a également publié les valeurs normales des paramètres du sperme.

Spermatoizoïdes

Un spermogramme : à quoi sert-il ?

Un spermogramme est une analyse complète du sperme en vue d’évaluer la fertilité masculine. Il peut être réalisé dans le cadre d’un bilan d’infertilité ou de stérilité du couple. Cet examen va permettre d’évaluer plusieurs paramètres constituants le sperme. Ainsi, il permet de mesurer avec précision, la concentration, la mobilité, la morphologie, la vitalité, le volume, la viscosité et le pH du sperme. Ces informations sont comparées à un ensemble de valeurs de référence établies par l’OMS.

Les résultats obtenus par le biais d’un spermogramme permettront de détecter un certain nombre d’anomalies (l’azoospermie, l’aspermie, l’oligospermie, etc.).

Aussi, le spermogramme peut être réalisé après une vasectomie pour vérifier l’efficacité de cette opération. Il s’agit alors d’une analyse du sperme post-vasectomie ou d’un spermogramme post-vasectomie qui a pour but de mettre en évidence l’absence ou la présence de spermatozoïdes dans le sperme après une vasectomie.

La vasectomie est une méthode de contraception définitive. Il consiste en une ligature et une section des canaux déférents (qui transportent les spermatozoïdes) dans le but de rendre l’homme stérile.

Comment se déroule l’examen ?

Une abstinence sexuelle est recommandée dans les 3 à 5 jours (maximum) qui précèdent le prélèvement. Cette période d’abstinence sexuelle (pas d’éjaculation) est nécessaire pour garantir la stabilité des paramètres (le volume, la mobilité, la concentration des spermatozoïdes) et pour satisfaire aux critères de référence indispensable pour l’analyse. Aussi, elle permet d’avoir un volume de sperme suffisamment important pour réaliser l’analyse. Une trop longue période d’abstinence n’est pas recommandée, car elle peut être associée au risque d’avoir un nombre élevé de spermatozoïdes morts dans le sperme.

Avant le recueil du sperme, le patient devra se laver soigneusement les mains, puis les rincer et les sécher. Il devra uriner dans les toilettes pour éliminer les bactéries qui peuvent être présentes dans l’urètre et pour éviter les contaminations bactériennes. Il convient également de procéder à une désinfection soigneuse du gland.

L’échantillon de sperme est obtenu par masturbation. Ce procédé permet de limiter l’altération de la qualité des spermatozoïdes. Pour ce faire le patient est installé dans une pièce prévue pour le recueil du sperme en toute discrétion. Il doit se masturber dans ce local et recueillir la totalité de l’éjaculat dans le flacon prévu, puis refermer le flacon stérile sans toucher l’intérieur. Après le recueil, le patient doit envoyer le flacon au médecin.

Le recueil du sperme se déroule, de préférence, dans un laboratoire. Il est possible de procéder à domicile. Dans ce cas, nous devrons œuvrer pour acheminer le prélèvement au laboratoire en le gardant à une température de 37 °C. Pour ce faire, nous pouvons disposer le flacon verticalement dans une poche du pantalon pour le maintenir à la température corporelle. Il faudra faire parvenir le flacon au laboratoire sans tarder, dans un délai maximum de 20 minutes.

Quels sont les paramètres évalués par le biais d’un spermogramme ?

Nous pouvons évaluer la qualité du sperme grâce à un examen médical appelé spermogramme. Les paramètres pris en compte au cours de cette analyse du sperme sont :

  • nombre de spermatozoïdes par ml,
  • mobilité des spermatozoïdes,
  • volume  du sperme,
  • pH de l’éjaculat,
  • viscosité du sperme,
  • couleur du sperme,
  • vitalité des spermatozoïdes,
  • taille et la forme des spermatozoïdes,

Ces divers paramètres permettent d’évaluer la qualité fécondante du sperme. Ils sont vérifiés lorsqu’un couple éprouve de la difficulté pour réaliser un projet de conception.

Le spermogramme est une analyse médicale

Comment s’effectue l’analyse du sperme selon les normes de l’OMS ?

La méthodologie concernant la réalisation du spermogramme et les valeurs de références sont établies par l’OMS qui édite un manuel mis à jour périodiquement. La dernière édition, la cinquième, a été publiée en 2010. Ce manuel permet de standardiser la pratique du spermogramme qui comporte un volet macroscopique et un volet microscopique, associés à des valeurs de références.

Des normes ont été définies par l’OMS pour chacun des principaux paramètres du spermogramme qui est constitué d’un examen macroscopique et microscopique.

Examen macroscopique

Cet examen permet d‘analyser l’aspect général du sperme juste après le recueil de l’échantillon. Les caractéristiques du sperme qui sont alors évaluées sont :

Volume

Le volume est la quantité de sperme expulsé lors de l’éjaculation. Il est mesuré en millilitres (ml) à l’aide d’une pipette stérile en verre ou d’un cylindre gradué prévu à cet effet. Ce volume est considéré comme étant normal lorsqu’il est supérieur à 1, 5 ml et inférieur à 6 ml.

Liquéfaction

Avant de débuter l’analyse des principaux paramètres, un temps de liquéfaction est indispensable. Cette phase de liquéfaction correspond au temps nécessaire pour que le sperme devienne liquide. Les analyses sont effectuées sur un échantillon liquéfié. Un sperme normal doit pouvoir se liquéfier en moins de 30 minutes sous une température de 37°C.

Viscosité

La consistance ou la viscosité du sperme est également évaluée. Elle est normale lorsque l’échantillon de sperme n’est pas trop visqueux, ni trop liquide, mais se sépare bien goutte à goutte. Ainsi, après le recueil, le sperme doit être visqueux ou épais, puis il devient plus fluide ou se liquéfie après une période de temps.

Couleur de l’éjaculat

Normalement, la couleur du sperme est d’un blanc laiteux, jaunâtre ou grisâtre (gris opalescent).

pH

Le pH ou le degré d’acidité de l’échantillon de sperme est mesuré à l’aide d’un papier-bandelette à usage unique conçu à cet effet. La valeur de référence est comprise entre à 7, 2 et 8. Un pH trop élevé (alcalin) ou trop bas (acide) est susceptible de nuire à la santé des spermatozoïdes, limitant ainsi l’aptitude des spermatozoïdes à se déplacer dans les voies de reproduction de la femme.

Examen microscopique

D’autres paramètres importants du sperme sont analysés au niveau microscopique. Ce sont :

Concentration de spermatozoïdes

L’OMS définit, d’une part, une valeur relative à la concentration du nombre de spermatozoïdes par millilitre, supérieure à 15 millions de spermatozoïdes par millilitre, et d’autre part, une autre valeur concernant le nombre de spermatozoïdes par éjaculation. Cette dernière valeur est supérieure à 39 millions de spermatozoïdes dans la totalité de l’éjaculat.

Mobilité

Le spermogramme est caractérisé par une analyse de la mobilité des spermatozoïdes. Cette mobilité est spécifiée en fonction de la vitesse et de la direction parcourues par les spermatozoïdes.  Elle peut être subdivisée en 4 grades :

  • Grade A : mouvement actif ou progression rapide. Les spermatozoïdes sont actifs et bougent en effectuant un mouvement rectiligne.
  • Grade B : mobilité réduite ou progression lente. Les spermatozoïdes bougent lentement ou effectuent un mouvement rectiligne lent. 
  • Grade C : mobilité sur place ou mobile mais non progressif.  Les spermatozoïdes s’agitent, oscillent bougent leur flagelle, effectuent un mouvement rotatif mais n’avancent pas.
  • Grade D : les spermatozoïdes sont immobiles. 

Lorsque le sperme est d’excellentes qualités, le pourcentage de spermatozoïdes mobiles (grades A+B+C) est supérieur à 40 %. 

Vitalité

Elle est définie comme étant le pourcentage de spermatozoïdes vivants dans un éjaculat. Conformément aux normes de l’OMS, le pourcentage des spermatozoïdes vivants au moment de l’éjaculation doit être égal ou supérieur à 58 % de l’ensemble des spermatozoïdes.

Morphologie

Au cours d’un spermogramme de fertilité, la morphologie des spermatozoïdes est évaluée en vue de distinguer ceux qui sont normaux de ceux qui ne le sont pas (ou les spermatozoïdes anormaux). Selon les critères de la cinquième édition du manuel de l’OMS, au moins 4 % des spermatozoïdes observés doivent avoir une forme normale.

Présence de leucocytes

Les leucocytes sont les globules blancs. Au cours d’un spermogramme, il est normal d’observer la présence de leucocytes. Mais, nous devons prendre en compte la quantité de leucocytes. Pour ce faire, nous devons déterminer la concentration de leucocytes. Conformément aux normes de l’OMS, le taux de globules blancs dans le sperme doit être inférieur à 1 million par ml. Il y a une anomalie lorsque le taux de leucocytes est supérieur à 1 million par millilitre.

Diagnostics possibles après un spermogramme

Après l’analyse de l’échantillon de sperme, les différents résultats concernant les différents paramètres permettent d’interpréter le spermogramme. Cette interprétation repose sur les valeurs de références publiées par l’OMS. Elle peut  constituer un élément clé d’un diagnostic dans le cadre de la recherche des causes d’une hypofertilité.

Le spermogramme va ainsi permettre de révéler :

  • une normozoospermie

Ce qui signifie que le sperme est caractérisé par des paramètres normaux conformément aux normes établies par l’OMS. Les paramètres de l’éjaculation, tout comme les spermatozoïdes, sont alors normaux  sont normaux. Le volume de l’éjaculat est compris en 1,5 et 6 ml, contenant plus de 15 millions de spermatozoïdes par ml, plus de 58 % de spermatozoïdes vivants et moins de 4 % caractérisés par une forme anormale.

  • Une anomalie du volume
    • Aspermie : il n’y a pas d’émission de sperme ou le volume de l’éjaculat est inférieur à 0,5 ml.
    • Hypospermie : le volume de l’éjaculat est inférieur à 1,5 ml.
    • Hyperspermie : le volume de l’éjaculat est supérieur à 6 ml.
  • Une anomalie du nombre
    • Azoospermie : absence totale de spermatozoïdes dans l’éjaculat.
    • Oligospermie (ou oligozoospermie) : le nombre de  spermatozoïdes est en dessous de 15 millions par ml.
    • Polyzoospermie : le nombre de spermatozoïdes est excessif, pouvant excéder 250 millions par ml.
  • Une asthénozoospermie

Il s’agit d’une anomalie de la vitalité des spermatozoïdes. Nous  parlons d’asthénozoospermie lorsque la mobilité des spermatozoïdes est sous la limite inférieure de référence (< 40 %).

  • Une tératozoospermie

Nous observons cette anomalie de la morphologie des spermatozoïdes lorsqu’il y a un nombre important de spermatozoïdes malformés.

  • Une Oligo-asthéno-tératozoospermie ou OATS

Ce terme est utilisé pour designer un ensemble d’anomalies marquées par une faible concentration de spermatozoïdes, une faible mobilité de ceux-ci et un nombre important de spermatozoïdes caractérisés par une morphologie anormale. 

  • Une leucospermie

Nous  parlons de leucospermie lorsque le nombre leucocytes dans un éjaculat est supérieur à la valeur seuil.

Qu’est-ce qu’il faut faire en cas d’azoospermie ?

L’azoospermie est caractérisée par une absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat. En présence de cette anomalie, nous devons procéder à un second spermogramme à trois mois d’intervalle. Lorsque le diagnostic est confirmé, nous devons envisager une recherche des spermatozoïdes dans les urines en vue d’écarter l’hypothèse d’une éjaculation rétrograde. Il faudra également déterminer la cause qui peut être obstructive (excrétoire) ou non-obstructive (sécrétoire).

Nous parlons d’azoospermie obstructive ou excrétoire lorsqu’il y a un obstacle au niveau des voies excrétoires (épididymes, canaux déférents, canaux éjaculateurs), empêchant le passage des spermatozoïdes produits normalement par le testicule. Le terme d’azoospermie sécrétoire ou non obstructive est utilisé lorsque les testicules ne produisent pas de spermatozoïdes.

La consultation d’un spécialiste (andrologue) et des examens complémentaires (bilan hormonal ou dosages de la FSH) permettent de rechercher le type et la cause de l’azoospermie.

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.